Tunisie : Pour la première fois, le pays va importer 40 000 tonnes de phosphate d’Algérie
Wikimedia Commons
#EchangesMediterraneens #Industrie #ALGERIE #TUNISIE
Denys Bédarride
lundi 28 septembre 2020 Dernière mise à jour le Lundi 28 Septembre 2020 à 15:10

Le directeur général du Groupe chimique tunisien (GCT) a annoncé l’importation de 40 000 tonnes de phosphate algérien pour fin septembre 2020, en raison des blocages persistants dans l’acheminement de ce produit par la Compagnie des phosphates de Gafsa.

Abdelwaheb Ajroud, directeur général du GCT, a annoncé, à la suite du conseil ministériel restreint du 7 septembre 2020, que son groupe importerait, à la fin du mois de septembre, 40 000 tonnes de phosphate algérien. Cette décision intervient pour assurer la production des sites du GCT à une capacité de 75 % au lieu des 40 % actuels. 

Ainsi, pour la première fois, la Tunisie se trouve contrainte de recourir à l’importation de phosphate, alors qu’elle était classée en 2010 au cinquième rang mondial des pays producteurs, avec environ 8 million de tonnes produites. 

La GCT doit aujourd’hui recourir à un autre fournisseur de phosphates en raison de la faible production et des blocages logistiques au sein de son fournisseur historique, la Compagnie des phosphates de Gafsa (CPG).

Tensions sociales

Le GCT et la CPG forment une holding publique dédiée à l’exploitation du phosphate, à sa transformation et à sa commercialisation. Elle comptait 12 172 employés en 2018 (6 320 à la CPG et 5 852 au GCT).

Ainsi, la holding CPG-GCT constitue l’un des principaux pourvoyeurs d’emplois dans les régions intérieures de Gafsa et de Gabès, où a lieu l’essentiel de ses activités.

Depuis 2011, de nombreuses manifestations et sit-in bloquent les voies ferrées et les routes qui relient les sites d’extraction du phosphate des sites de transformation, ce qui a entraîné des paralysies de production au sein de la CPG et des coupures d’approvisionnement au détriment du GCT.

Cette situation s’est traduite par une chute de la production de phosphate du CPG, ramenée de 8 millions de tonnes en 2010 à 4,12 millions de tonnes en 2019, et impacte fortement les comptes des deux entités de la holding, le GCT et la CPG, cumulant respectivement des pertes financières de 760 millions de dinars tunisiens (237 millions d’euros) et de 480 millions de dinars depuis 2012.

Source : Ambassade de France en Tunisie.

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *