Brouillon auto 22
#AnalyseEconomique #Banque #TUNISIE
Denys Bédarride
mercredi 7 octobre 2020 Dernière mise à jour le Mercredi 7 Octobre 2020 à 10:53

Dans un contexte de ralentissement des tensions inflationnistes, la Banque centrale de Tunisie (BCT) décide d’une nouvelle baisse – après celle de mars – du taux d’intérêt directeur de 50 points de base (pb), à 6,25 %, afin de relancer l’investissement et l’activité économique.

Par ailleurs, les taux directeurs pour la facilité de dépôt à 24 heures et pour la facilité de prêt marginal ont également été abaissés, respectivement, de 50 pb à 5,25 % et à 7,25 %. Le conseil d’administration de la BCT estime que le récent ralentissement du rythme d’inflation depuis mai (5,4 % en août) autorise une détente des taux pour relancer l’investissement et l’activité économique sans pour autant menacer la stabilité financière.

La BCT s’appuie sur un scénario de reprise graduelle au second semestre, après la contraction brutale observée au premier semestre (– 11,9 % en glissement annuel à prix constants), tirée en particulier par la production industrielle et les échanges extérieurs, tandis que le redressement du tourisme demeure entravé par la crise sanitaire.

La BCT estime notamment que les premières mesures d’assouplissement prises en mars, notamment la baisse du taux directeur de 100 pb, ont permis d’apporter les liquidités nécessaires aux banques et d’abaisser le coût des crédits aux entreprises et aux ménages.

5,6 % d’inflation en 2020

Marouane El Abassi, le gouverneur de la BCT, prévoit par ailleurs la poursuite de la baisse du taux d’inflation, jusqu’à 5,3 % à la fin de l’année.

Le taux annuel moyen 2020 s’établirait alors à environ 5,6 %. Le gouverneur a indiqué que l’objectif à terme reste de ramener le taux d’inflation à une tendance de 3 % à 4 %, et appelle à mettre en œuvre en urgence « les réformes indispensables pour la bonne marche de notre économie ».

Il s’est par ailleurs félicité du maintien de réserves en devises à un niveau respectable (21,1 milliards de dinars tunisiens, soit 140 jours d’importations au 1er octobre 2020, contre 100 jours un an plus tôt), malgré la chute des recettes touristiques qui représente un manque à gagner de 2,5 milliards, compte tenu notamment de la baisse importante des importations, de la facture énergétique et des demandes de devises pour voyager.

Source : Ambassade de France en Tunisie.

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *