Maroc-UEMOA : 3 banques à capitaux majoritairement marocains dominent le financement de l'économie en Afrique de l’Ouest
Attijariwafa bank
#Afrique #AttijariwafaBank #Banque #Economie #Finance #MAROC
Denys Bédarride
mercredi 21 octobre 2020 Dernière mise à jour le Mercredi 21 Octobre 2020 à 11:36

Trois banques à capitaux majoritairement marocains figurent dans le groupe des cinq établissements qui ont financé le plus l’économie de l’Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA) en 2019. Un choix qui porte des fruits, car les activités d’intermédiaires financiers sont rentables dans cette zone.

Un trio de banques à capitaux majoritairement marocains a dominé le financement de l’économie dans l’Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA) pour le compte de l’exercice 2019, apprend-on dans le rapport annuel de la commission bancaire de cette sous-région.

Atlantique Banque Côte d’Ivoire, majoritairement détenue par Banque centrale populaire (BCP), Société ivoirienne de banque, et le groupe CBAO au Sénégal, majoritairement contrôlés par Attijariwafa Bank, ont affiché ensemble un encours de crédit de 2 348,6 milliards de francs CFA au 31 décembre 2019.

Ainsi, ces institutions ont respectivement occupé les 2e, 4e et 5e rangs sur l’ensemble des 128 banques actives au sein de l’Union monétaire. Ce classement est dominé par Société générale Côte d’Ivoire, qui concentre à elle seule 1 554,3 milliards F CFA d’encours de crédit. Avec un encours de crédit accordé de 808,7 milliards F CFA, NSIA Bank vient compléter le top 5 des banques de l’UEMOA qui financent l’économie.

Marge globale de 6,5 %

La question du financement de l’économie par le secteur bancaire est à suivre au sein de l’UEMOA comme dans d’autres pays africains. Une part importante de l’encours du crédit à l’économie est constituée de prêts à court terme. Mais on a pu noter, en 2019, une progression assez prometteuse de l’encours du crédit à moyen terme.

Malgré des réformes en cours en terme de renforcement des fonds propres et des charges d’exploitation, qui globalement sont élevées, l’activité de banque a été assez rentable au sein de l’UEMOA en 2019. Les prêts de toute nature accordés à l’économie de cette sous-région ont rapporté aux banques et établissements financiers l’équivalent de 7,1 % – un niveau légèrement en baisse.

Mais, avec une réduction significative du coût des capitaux (seulement 0,7 % contre 2,5 % en 2017), la marge globale pour les banques de l’UEMOA a atteint le record de 6,5 %. Si on prend en compte le faible niveau d’inflation au sein de la zone économique, la sous-région offre un rendement pour les banques qu’on retrouve sur peu de marchés bancaires.

Source : Agence Ecofin.

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *