Libye : Quelle est la situation financière du pays ?
#Economie #Petrole #Politique #LIBYE
Denys Bédarride
jeudi 29 octobre 2020 Dernière mise à jour le Jeudi 29 Octobre 2020 à 19:03

Les deux gouvernements de l’Ouest et de l’Est travailleraient à présenter un budget unifié et consolidé, selon le chef adjoint du Conseil présidentiel (CP) du Gouvernement d’entente nationale (GEN) Ahmed Meitig.

Il estime que le budget du GEN pour 2021 devrait se situer entre 45 à 48 Mds LYD (après un budget officieux de 38,5 Mds LYD pour 2020 et de 46,8 Mds LYD pour 2019), tandis que celui de l’Est serait de 5 à 8 Mds LYD. Ahmed Meitig a déclaré que l’épine dorsale de l’accord négocié avec l’Est était la consolidation du budget, et non pas les pourcentages des revenus pétroliers. 

Pour rappel, après 8 mois de blocus pétrolier, le maréchal Haftar a annoncé le 18 septembre 2020 la reprise de la production et des exportations de pétrole libyen, suite à l’accord négocié avec Ahmed Meitig, qui proposait, entre autres, la création d’un comité technique conjoint pour superviser les revenus pétroliers et assurer leur juste répartition pour les trois prochains mois.

La production de pétrole en Libye atteindrait environ 500 000 barils par jour, selon Bloomberg. 

Le champ pétrolier de Sharara, plus grand champ du pays, pomperait environ 110 000 barils par jour (source Bloomberg). Par comparaison, la Libye produisait 1,23 M de barils par jour en moyenne en 2019 avant la mise en place du blocus pétrolier mi-janvier.

Le comité militaire conjoint 5+5 a convenu de la réouverture des routes terrestres et aériennes en Libye et de la restructuration de la Garde des sites pétroliers. 

La Mission d’Appui des Nations Unies en Libye (MANUL) a déclaré le 21 octobre 2020 que les délégations du GEN et de l’Armée nationale libyenne (ANL) étaient parvenues à un accord sur six points lors des pourparlers du dialogue militaire conjoint 5+5 : 

1/ l’ouverture de toutes les voies terrestres de Libye, 

2/ l’ouverture des routes aériennes à travers le pays, 

3/ la fin des discours de haine, 

4/ le maintien du calme actuel sur les lignes de front, 

5/ le soutien aux échanges de prisonniers, 

6/ la restructuration de la Garde des sites pétroliers (Petroleum Facilities Guard). 

En juin dernier, la NOC avait déclaré que la PFG était « devenue comme une milice qui exécute des ordres de dirigeants illégitimes afin de servir des intérêts étrangers ».

La Chambre des représentants a rejeté la démission du gouvernement de l’Est le 19 octobre 2020. 

Le gouvernement de Abdullah Al-Thani avait présenté sa démission le 13 septembre 2020, après des jours de manifestations dans plusieurs villes de l’Est contre la détérioration des conditions de vie, les coupures d’électricité, et la corruption du pouvoir. 

Source Ambassade de France en Tunisie 

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *