Egypte : Un important gisement de pétrole vient d’être découvert dans le désert occidental
#Actualite #AnalyseEconomique #Decideurs #Economie #Petrole #TUNISIE
Denys Bédarride
vendredi 13 novembre 2020 Dernière mise à jour le Vendredi 13 Novembre 2020 à 16:19

Après cinq mois de sit-in autour des installations pétrolières de la région de Tataouine en Tunisie, les populations ont obtenu un accord avec le gouvernement, qui permettra la reprise de la production. Une nouvelle fois des emplois ont été promis plus une enveloppe de 30 millions $.

Le gouvernement tunisien vient d’annoncer qu’il a conclu un accord avec les groupes de manifestants qui bloquent la production pétrolière dans la région de Tataouine depuis le mois d’août dernier. 

Les manifestants avaient pris d’assaut les infrastructures de production et de pompage du brut pour exiger une meilleure implication des compagnies pétrolières et du gouvernement dans la gestion des problèmes sociaux des habitants de cette zone pauvre du pays.

« Un accord a été conclu entre le gouvernement et les représentants de Tataouine. Les compagnies pétrolières reprendront leurs activités dans les meilleurs délais », a déclaré Slim Tissaoui, conseiller du gouvernement pour les affaires sociales.

Cette énième manifestation survient alors que l’Etat et les compagnies pétrolières n’ont pas tenu leurs promesses de créer des emplois au niveau local et de doter la zone désertique d’infrastructures sociocommunautaires. Cette promesse avait été faite en 2017, après plusieurs mois de manifestations similaires.

Selon le nouvel accord, Tunis et ses associés s’engagent à créer des milliers d’emplois au cours des prochains mois et à créer un fonds d’investissement pour la région qui aura une valeur de près de 30 millions de dollars.

Tataouine souffrait déjà d’un taux de chômage de plus de 30 %, l’un des plus élevés du pays, avant que la pandémie de coronavirus ne vienne détruire des milliers d’emplois informels et n’étrangle les réseaux commerciaux transfrontaliers illicites avec la Libye et l’Algérie. Il s’agit entre autres de l’un des réseaux de trafic d’essence les plus vastes du continent.

Source Agence Ecofin 

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *