Brouillon auto 76
#Banque #Budget #Petrole #LIBYE
Denys Bédarride
lundi 1 février 2021 Dernière mise à jour le Lundi 1 Février 2021 à 12:01

La Banque centrale de Libye (BCL) a publié les données budgétaires relatives à l’ensemble de l’année 2020, qui restent à prendre avec précaution compte tenu de leur caractère opaque et parcellaire. Voici ce qu’il faut en retenir.

Les recettes budgétaires se sont limitées à 4,5 Mds LYD selon la BCL, loin de l’objectif initial de 9,7 Mds LYD contre 33,9 Mds LYD en 2019 soit une chute de -86,7%.

En raison de la fermeture des installations pétrolières entre janvier et septembre 2020 puis du gel des revenus pétroliers, les revenus pétroliers perçus par la BCL se sont élevés à seulement 2,4 Mds LYD et représentaient 54% des recettes budgétaires, contre 31,4 Mds LYD et 92,6% des recettes en 2019. Les autres recettes sont principalement les recettes fiscales (633 M LYD, soit 14,2% des recettes budgétaires totales). 

Les revenus de la taxe sur les ventes de devises font cependant l’objet d’une comptabilisation séparée et ne sont pas intégrés par la BCL dans les recettes totales, alors qu’ils s’élèveraient à 15,3 Mds LYD fin décembre 2020, dont 1,6 Md LYD seulement destiné à l’investissement public et le reste utilisé pour rembourser la dette publique. Sur la même période, les dépenses budgétaires s’élèveraient à 37,3 Mds LYD (contre 38,5 Mds LYD prévus initialement pour 2020 et 45,8 Mds LYD en 2019, soit une baisse de -19,2% sur un an). 

La BCL a inscrit un prêt de 26,7 Mds LYD pour couvrir le « déficit ». Les salaires, premier poste de dépense, représenteraient 58% des dépenses publiques totales sur l’année 2020 suivies des subventions (15%), des dépenses d’urgence (12%), et des biens et services (10%). Concernant les subventions : 61% sont des subventions aux carburants, 15% pour les médicaments, 13% pour l’électricité, 7% pour l’assainissement et 4% pour l’eau. 

Sur l’ensemble de l’année, le déficit en devises étrangères s’est établi à 9,3 Mds USD, couvert par les réserves de la BCL : les paiements en devises représenteraient 13,1 Mds USD, incluant le financement des banques commerciales et des transferts gouvernementaux, tandis que les recettes auraient atteint 3,8 Mds USD, dont 2,1 Mds USD issus des revenus du pétrole.

Surtout que, les revenus de la Compagnie nationale pétrolière (National Oil Corporation – NOC) ont chuté de -74% entre 2019 et 2020 en raison du blocus pétrolier. 

Les revenus de la NOC se sont élevés à environ 1,115 Md USD en décembre 2020, en baisse de -49% en glissement annuel (g.a.) mais en hausse de +59% par rapport au mois précédent, atteignant le plus haut niveau mensuel de l’année 2020. 

Les revenus du mois de décembre de la NOC étaient principalement liés aux ventes de pétrole brut (91,7%) et de gaz et condensés (6,5%). 

Les revenus cumulés ont ainsi atteint 5,89 Mds USD sur l’année 2020 (soit -73,8%). Le président de la Compagnie, Mustafa Sanallah a par ailleurs déclaré que la NOC souhaite augmenter la production à 2,1 millions de barils par jour.

Source Ambassade de France en Tunisie 

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *