Le Maroc a octroyé un permis minier à Emmerson Plc pour son projet de potasse Khemisset
#Energie #Environnement #VieDesEntreprises #MAROC
Denys Bédarride
mercredi 10 février 2021 Dernière mise à jour le Mercredi 10 Février 2021 à 16:16

Avec sa réadmission à la bourse de Londres en juin 2018, Emmerson a accéléré le développement de son projet marocain Khemisset. Ce permis minier couronne plus de deux ans d’efforts et permet à la compagnie minière de boucler sereinement les autres étapes précédant le lancement de la production.

Le ministère marocain de l’Énergie, des Mines et de l’Environnement a octroyé un permis minier à Emmerson Plc pour son projet de potasse Khemisset. C’est l’annonce faite le 9 février par la compagnie minière, qui précise que l’autorisation est valable pour 10 ans. Elle sera à chaque fois reconduite pour de nouvelles périodes de dix ans, jusqu’à épuisement des réserves.

La licence couvre une superficie de 558 km², soit toute la zone prise en compte dans l’estimation des ressources minérales de 537 millions de tonnes. Alors que l’étude de faisabilité prend en compte seulement 43 % de cette richesse, le permis minier offre à Emmerson la possibilité d’exploiter le reste des gisements au moment voulu, sans devoir recourir à de nouvelles autorisations.

« C’est une autre étape importante dans le développement de ce qui va devenir la première mine de potasse à grande échelle en Afrique […]. Khemisset devrait apporter des avantages économiques considérables à nos parties prenantes, notamment une augmentation prévue de 1 % des recettes fiscales du Maroc », a commenté Graham Clarke, PDG de la compagnie.

Rappelons que, selon les conclusions de l’étude de faisabilité, Khemisset a la capacité de produire annuellement 735 000 tonnes de potasse sur 19 ans, grâce à un investissement estimé à 387 millions $. 

En ce qui concerne les autres préalables au début des travaux de construction de la mine, Emmerson a déjà bouclé l’étude des impacts environnementaux depuis novembre 2020 et poursuit actuellement les discussions avec les partenaires techniques et financiers.

Source Agence Ecofin 

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *