#France #Mediterranee #TransportMaritime #ALGERIE #EchangesMediterraneens #MAROC #TUNISIE
Fiona Urbain
mercredi 17 février 2021 Dernière mise à jour le Mercredi 17 Février 2021 à 19:20

A l’occasion de sa visite à l’IFREMER (Institut français de recherche pour l’exploitation de la mer) de Palavas les Flots, dans l’Hérault en France, la Ministre de la Mer française, Annick Girardin explique au micro d’Ecomnews Med quels sont les enjeux communs liés à la mer Méditerranée, et le Président de l’IFREMER les coopérations avec la rive sud de la Méditerranée.

« C’est dans la nature même d’IFREMER que de travailler avec d’autres partenaires. On peut parler d’un seul océan, et nos recherches doivent être complémentaires et partagées » explique Annick Girardin, Ministre française de la Mer.  

L’initiative européenne BLUEMED

L’Ifremer a participé aux travaux coordonnés par la Commission Européenne pour l’élaboration d’un nouvel agenda stratégique de recherche et d’innovation pour la mer méditerrané. Cet agenda a été approuvé le 16 octobre 2015 à Venise par les six États membres méditerranéens.

Son objectif ? Répondre aux différents défis de la recherche marine et maritime en mer méditerranée, afin de développer la croissance et de stimuler la création d’emplois.

Les 4 missions principales de l’initiative BLUEMED sont de : 

– Promouvoir la coopération dans la recherche et l’innovation entre tous les pays Méditerranéens en engageant les parties prenantes publiques et privées

– Hiérarchiser les actions ayant un impact sociétal fort

– Assurer l’utilisation efficace et efficiente des ressources et des infrastructures par les États membres

– Développer des solutions innovantes pour créer de nouveaux emplois «bleus», améliorer le bien-être social et le bon état écologique, assurer la croissance économique (durablement).

L’agenda se décline en 3 domaines pour lesquelles sont  identifiées des actions de recherche et d’innovation

– Connaissance des écosystèmes, des dynamiques marines et des risques

– Identification des domaines économiques clés et les besoins en Recherche & Innovation associés

– Technologies innovantes

Initiatives avec les Pays de la Rive Sud

Maroc : Jumelage Aquaculture

Conduit entre mars et octobre 2015 et financé par l’UE, ce partenariat franco-marocain avait pour objectif de renforcer les capacités de l’Agence Nationale pour le Développement de l’Aquaculture (ANDA) au Maroc. Ce projet s’est appuyé sur l’expertise des agents du MAAF (Ministère de l’Agriculture, de l’Agroalimentaire et de la Forêt), de la DPMA (Direction des Pêches Maritimes et de l’Aquaculture), de l’Ifremer, du CIRAD, d’AgroCampus Ouest, du CRC Bretagne (Comité Régional de la Conchyliculture), de l’ITAVI, de FranceAgriMer. Les recommandations ont permis la mise en place d’un plan d’actions et d’un plan stratégique aquacole pour le Maroc.

Tunisie : reprise du dialogue entre l’Ifremer et l’Institut des Sciences et Technologies de la Mer Tunisien

Les deux instituts se sont rencontrés en septembre 2015 dans le cadre d’une relance de la collaboration franco-tunisienne. L’objectif est de renouveler l’accord cadre de collaboration signé en 2009. Cet accord cadre vise une collaboration dans les domaines de la pêche, de l’aquaculture, de la gestion des zones côtières et des biotechnologies.

Algérie : développement d’une pêche et l’aquaculture durable

Les secteurs de la pêche et de l’aquaculture sont des secteurs ayant un potentiel de développement majeur pour l’Algérie. L’importance de ces secteurs s’illustre au travers de l’Accord d’Association Algérie-Union Européenne, mais également par le Plan d’Action du Gouvernement, le Schéma Directeur de Développement des Activités de la Pêche et de l’Aquaculture à 2025 (SDDAPA), et les textes de lois relatifs à la pêche et à l’aquaculture.

Jumelage scientifique

Dans le cadre d’un jumelage européen, l’Algérie et la France se sont associées afin de contribuer au développement et à la gestion durable de la pêche et de l’aquaculture dans le pays. Le projet vise à optimiser l’efficacité opérationnelle du Centre National de Recherche et de Développement de la Pêche et de l’Aquaculture (CNRDPA), crée en 2008, en tant qu’instrument d’aide à la décision dans le secteur.

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *