Brouillon auto 87
#Decideurs #Institutions #Politique #ALGERIE
Denys Bédarride
mardi 23 février 2021 Dernière mise à jour le Mardi 23 Février 2021 à 10:08

De retour en Algérie, le président algérien essaye de reprendre la main après un séjour en Allemagne suite à sa contamination au coronavirus. Il avait annoncé le 18 février, un remaniement ministériel dans les 48 heures et l’organisation prochaine des législatives anticipées. Explications

Le président algérien Abdelmadjid Tebboune a procédé à un remaniement partiel de son gouvernement, a-t-on appris le 21 février 2021 de plusieurs sources médiatiques.

Plusieurs ministres quittent le gouvernement qui garde à sa tête le Premier ministre Abdelaziz Djerad. Il s’agit entre autres des ministres de l’Industrie Farhat Aït Ali, des Ressources en eau Arezki Barraki, du Tourisme Mohamed Hamidou, de l’Environnement Nassira Benharrats, des Travaux publics Farouk Chiali, et de l’Energie Abdelmadjid Attar.

Les nouvelles nominations concernent Mohamed Bacha qui devient le nouveau ministre de l’Industrie, Mohamed Arkab (Energie et Mines), Kamel Nasri (Transports et Travaux publics), Mustapha Kamel Mihoubi (Eau), Mohamed Ali Boughazi (Tourisme), Tarek Belaribi, (Logement et Urbanisme), Dalila Boudjemaa, (Environnement), et Hocine Charhabil (Statistiques et Numérisation).

Le président Tebboune a également signé un décret pour dissoudre l’Assemblée populaire nationale, la chambre basse du Parlement national. Jeudi 18 février, le dirigeant avait déjà déclaré qu’il souhaitait organiser des législatives anticipées. « J’ai décidé de dissoudre l’Assemblée populaire nationale pour appeler à des élections sans corruption et pour ouvrir ses portes à la jeunesse ».

Ces décisions s’inscrivent dans un contexte difficile marqué par la pandémie de covid-19 qui affecte l’économie nationale, mais surviennent également à l’occasion de la célébration du deuxième anniversaire du mouvement Hirak qui avait démarré le 22 février 2019.

Malgré la chute de l’ancien président Abdelaziz Bouteflika et la condamnation en justice de plusieurs de ses proches, les manifestations ont continué à prendre de l’ampleur, et de nombreux Algériens continuent de considérer l’actuel pouvoir en place comme un prolongement de l’ancien.

De son côté, Abdelmadjid Tebboune essaye de mettre en place de nombreuses réformes destinées à satisfaire les revendications de la jeunesse algérienne. Le 1 er novembre 2020, un référendum avait été organisé pour réviser la Constitution du pays.

Pour en savoir plus : https://youtu.be/-ZvVpHwC-V4

Source Agence Ecofin 

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *