Brouillon auto 97
#Banque #Chomage #Covid19 #Economie #Emploi #MAROC
Denys Bédarride
vendredi 26 mars 2021 Dernière mise à jour le Vendredi 26 Mars 2021 à 08:20

En 2020, l’économie marocaine avait affiché une récession d’environ 7% due entre autres aux effets de la pandémie de coronavirus et des troubles d’ordre climatique. Pour relancer l’économie, le gouvernement a lancé un plan de plus de 13 milliards $.

L’économie marocaine connaîtra une croissance de 5,3 % en 2021 avant de se consolider à 3,3 % en 2022. C’est ce qu’a annoncé Bank al-Maghrib, la Banque centrale, dans un communiqué publié le 23 mars 2021. 

Selon l’institution, cette hausse sera portée par une reprise des activités dans les différents secteurs de l’économie. Le principal contributeur à la croissance sera le secteur agricole, dont la croissance est attendue à 17,6 %, grâce notamment à « une production céréalière estimée autour de 95 millions de quintaux ». A cela s’ajoutera une amélioration de la valeur ajoutée du secteur non agricole, qui devrait augmenter de 3,5% cette année.

Rappelons que l’année 2020 a été marquée au Maroc par une récession économique de l’ordre de 7% doublée d’une campagne agricole en recul en raison de la sécheresse qui a frappé le pays. Cette situation a entraîné des milliers de pertes d’emploi, et une hausse du taux de chômage à 11,9%.

Tablant sur une amélioration des conjonctures nationale et internationale, la Banque centrale indique que les mesures de relance prises par les autorités marocaines devraient permettre de faire repartir la croissance à la hausse, même si des incertitudes persistent.

« Sur l’horizon de prévision, la reprise de l’activité économique devrait se poursuivre, soutenue notamment par le plan de relance de 120 milliards de dirhams [13,16 milliards de dollars, Ndlr], l’orientation accommodante de la politique monétaire et un certain regain de confiance au regard de l’avancement de la campagne de vaccination et des conditions climatiques favorables qui caractérisent l’actuelle saison agricole », indique le communiqué.

Notons également que la Banque s’attend à une baisse du déficit budgétaire de 7,6% du PIB en 2020 à 7,2% en 2021 puis à 6,7% en 2022.

Source Agence Ecofin 

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *