L’Algérie veut lutter contre l’urbanisation et l’implantation d’industries sur ses côtes qui s’étendent sur 1 600 Km
#Ecologie #Environnement #Industrie #Urbanisme #ALGERIE
Agence Ecofin
vendredi 14 mai 2021 Dernière mise à jour le Vendredi 14 Mai 2021 à 10:05

L’Algérie est particulièrement sensible aux effets du changement climatique affectant ses zones côtières. Raison pour laquelle elle s’engage d’ores et déjà à leur préservation tout en optimalisant la mobilisation de ressources pour l’action climatique.

Le ministère algérien de l’Environnement et l’Agence allemande de coopération internationale (GIZ) ont signé deux accords pour la mise en œuvre successive de deux projets de protection de l’environnement.

L’un des accords porte sur la restructuration du projet de protection de l’environnement et de la biodiversité du littoral algérien (Pebla) lancé le 1er janvier 2020 pour un coût de 6,2 millions €.

Le littoral algérien s’étend sur 1600 kilomètres. La croissance démographique, l’urbanisation et l’implantation d’industries représentent une source de pollution pour cette zone côtière. Selon la ministre algérienne de l’Environnement, Dalila Boudjemaâ, « cette situation est une conséquence naturelle du développement, mais il doit s’inscrire dans le contexte de la durabilité ».

Le projet Pebla prendra fin en 2023. La GIZ sera chargée d’encadrer les pratiques de pêche artisanale responsable et d’aquaculture durable, à travers l’élaboration des lignes directrices. Il s’agira également de renforcer les compétences du personnel administratif et des organisations de la société civile. Un volet du projet sera consacré à l’obtention d’informations en temps réel pour une meilleure gestion intégrée de la zone côtière.

Le second accord est relatif à une meilleure application de la fiscalité environnementale, notamment avec la mise en œuvre effective du principe de pollueur-payeur. 4 millions € y seront consacrés pour simplifier le calcul de l’assiette fiscale, renforcer la capacité des inspecteurs et numériser les données fiscales entre autres.

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *