L’Égypte doute de la capacité de l’Éthiopie à produire de l’électricité à partir du barrage de la Grande Renaissance
#Dirigeants #Eau #Electricite #Energie #EnergiesRenouvelables #Ethiopie #Nil #EGYPTE #Soudan
Agence Ecofin
lundi 31 mai 2021 Dernière mise à jour le Lundi 31 Mai 2021 à 10:18

Malgré les tensions qui l’entourent, le projet de construction du barrage de la grande renaissance se poursuit en Ethiopie. L’Egypte et le Soudan, presque réduits à l’impuissance supputent sur le début ou non de la production en août prochain.  

Le ministre égyptien de l’Irrigation et des Ressources en eau, Mohamed Abdel Aty, doute de la capacité de l’Éthiopie à produire de l’électricité en août à partir du barrage de la Grande Renaissance. Pour lui, les turbines ne sont pas encore prêtes à fonctionner, alors qu’elles constituent la partie la plus critique du processus.

En outre, affirme-t-il, remplir le barrage sans accord serait l’équivalent d’une sécheresse artificielle. L’Éthiopie n’ouvrira en effet que deux vannes de l’énorme ouvrage cette année. Elles libéreront 50 millions de mètres cubes, ce qui est insuffisant pour répondre aux besoins en eau du seul Soudan selon Mohamed Aty.

Au cours des négociations, l’Égypte a proposé de payer les frais d’ouverture de deux vannes supplémentaires. Cette proposition a été rejetée par l’Ethiopie, selon le ministre. L’Égypte a présenté 15 solutions pour atténuer l’impact négatif sur les deux pays. L’une de ces solutions consiste à garantir que l’Éthiopie produira 80 % de la capacité électrique maximale du barrage en cas de sécheresse. « L’intransigeance de l’Ethiopie est le résultat du manque de volonté politique et de problèmes internes », déclare le ministre.

Le différend entre l’Égypte, le Soudan et l’Éthiopie remonte à mai 2011. Les deux pays voisins de l’Ethiopie s’inquiétaient alors de la gestion du barrage en période de sécheresse.

La construction du GERD a démarré le 2 avril 2011 sur fonds propres éthiopiens pour un coût de 4,8 milliards $. Le barrage situé sur le Nil Bleu, a une capacité de 74 milliards de mètres cubes et devrait produire jusqu’à 6 450 mégawatts d’électricité. Il est achevé actuellement à plus de 75 %.

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *