Tunisie : L’ONG Reporters Sans Frontières demande à la nouvelle Première ministre de faire de la liberté de presse une priorité de son gouvernement 1
#Decideurs #Gouvernement #Institutions #ONG #TUNISIE
Agence Ecofin
lundi 4 octobre 2021 Dernière mise à jour le Lundi 4 Octobre 2021 à 11:32

Le 29 septembre 2021, Najla Bouden a été chargée de former un nouveau gouvernement, deux mois après l’instauration de l’état d’exception par le président tunisien Kais Saied. Entre autres chantiers, elle devra veiller à la préservation de l’accès à une libre information.

L’ONG Reporters sans frontières (RSF) demande à Najla Bouden, Première ministre de Tunisie, de faire de la liberté de presse une priorité de son gouvernement et de mettre en œuvre les engagements constitutionnels et internationaux du pays en matière de liberté, d’indépendance et de pluralisme du journalisme.

« Il est primordial pour l’avenir de la jeune démocratie tunisienne que les journalistes puissent continuer à jouer leur rôle de contre pouvoir en informant les citoyens », déclare Souhaieb Khayati, directeur du bureau Afrique du Nord de RSF. Il a ajouté que la nouvelle cheffe du gouvernement doit « tout mettre en œuvre » pour apporter des garanties solides à cet effet, en concertation avec les représentants de la profession, conformément au chapitre 2 de la Constitution et aux engagements internationaux de la Tunisie.

Rappelons que des incidents survenus ces derniers jours ont renforcé l’inquiétude des organisations internationales de défense des droits des journalistes, dont RSF. Il s’agit entre autres de l’interpellation, plutôt violente, par les forces de l’ordre de plusieurs journalistes, dans l’exercice de leur fonction, le jour même de la nomination de Mme Bouden. Trois jours plus tôt, plusieurs journalistes ont également été confrontés à la violence des manifestants, qui protestaient contre les dernières décisions du président tunisien.

Il est notamment attendu de Najla Bouden qu’elle concrétise les engagements du président Saied à préserver les acquis de la dernière décennie en matière de liberté de la presse et de l’information. La Tunisie se classe 73e sur 180 pays dans le classement mondial de la liberté de la presse établi par RSF en 2021.

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *