#Cooperation #CooperationInternationale #Entreprises #Mediterranee #EchangesMediterraneens
Fiona Urbain
jeudi 18 novembre 2021 Dernière mise à jour le Jeudi 18 Novembre 2021 à 18:29

BUSINESSMED, le principal représentant régional du secteur privé reflétant les intérêts de 24 Confédérations d’entreprises issues des pays membres de l’Union pour la Méditerranée – UpM fête ses 20 ans en 2022. Jihen Boutiba, Secrétaire Générale détaille les objectifs de l’organisation au micro d’Ecomnews Med.

BUSINESSMED (Union Méditerranéenne des Confédérations d’Entreprises) est une plateforme de coopération multilatérale au profit des Confédérations Membres et des entreprises affiliées, vecteur de la promotion de l’investissement direct étranger à l’international, levier pour la promotion du dialogue et de l’intégration socio-économique inter-méditerranéenne.

« Nous allons profiter de l’année 2022 et de la reprise des activités car nous avons eu une sorte de vide pendant deux ans, même si nous n’avons pas arrêté de faire des actions, mais en visioconférence, en termes de formation pour nos membres. Et nous allons profiter de l’année 2022 pour promouvoir BUSINESSMED en termes de commissions thématiques, des actions de renforcement de capacités » explique Jihen Boutiba, Secrétaire Générale de BUSINESSMED.

Promouvoir la plateforme BCD

« Cette année, nous allons surtout promouvoir notre plateforme, le Business Country Desk pour l’enrichir afin d’avoir une plateforme riche et pouvoir faire un événement régional qui regroupe les organismes régionaux à travers les 20 ans de BUSINESSMED, où ils pourront faire des BtoB au niveau digital. Nous attendons énormément de cette plateforme, pour qu’elle s’autofinance elle même et qu’elle soit un instrument de l’organisation ».

Les défis pour 2022

« Nous avons profité de ces deux années pour revoir un peu la charte de l’organisation. Quelles sont les nouvelles prérogatives ? Quelles sont les nouvelles thématiques sur lesquelles les patronats doivent s’intéresser, comme la digitalisation ou le green deal ? Tout ce qui est moderne en soi. Et nous essayons d’évoluer avec notre temps et de faire évoluer nos membres dans ce sens. Et surtout, d’aider à l’internationalisation, mais d’aider aussi les partenaires du Sud qui sont assez défavorisés, qui ont des crises financières, des guerres, pour qu’ils aient des partenaires européens qui puissent investir, et vice versa, dans leur pays. » 

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *