Egypte  : Le gouvernement a annoncé, que cette année, il envisage de faire passer au gaz naturel, 377 bus publics qui tournent actuellement au diesel 1
#Actualite #Decideurs #Economie #Energie #EnergiesRenouvelables #Gaz #Hydrogene #Institutions #Investissement #Transport #Alexandrie #EGYPTE #LeCaire
Agence Ecofin
jeudi 10 mars 2022 Dernière mise à jour le Jeudi 10 Mars 2022 à 06:00

L’Egypte est le plus grand consommateur africain de gaz naturel dans le transport. Plus de 300 000 véhicules y fonctionnent à cette source d’énergie et en 2020, le pays annonçait la construction de 400 stations-service dédiées. 

En Egypte, le gouvernement a annoncé, le dimanche 27 février, que cette année, il envisage de faire passer au gaz naturel, 377 bus publics qui tournent actuellement au diesel. Une mesure qui va coûter au pays 12,6 millions de dollars (200 millions de livres égyptiennes) et qui fait partie d’un plan en six volets visant à convertir au gaz naturel, en tout 2 262 bus publics des villes du Caire et d’Alexandrie.

Selon les précisions de Mahmoud Shaarawy, ministre du Développement local, il s’agit de la première étape du plan. Elle va consister à convertir sur une période de 15 mois, 327 bus au Caire et 50 autres à Alexandrie.

D’après le ministre, 24 bus ont déjà été convertis et sont prêts à être livrés aux autorités du transport public dans les deux villes. Ces dernières ont d’ailleurs octroyé les espaces nécessaires à la mise en place de stations-service de gaz naturel. Une démarche qui va, d’après le ministre, assurer qu’aucun bus ne fonctionne au diesel d’ici la fin de la sixième phase du plan de conversion dont la date n’a pas été précisée.

Cette opération entre dans le cadre de la politique nationale sur le changement climatique qui a été décidée par l’Egypte à la COP26, qui s’est tenue à Glasgow en Ecosse. Pour y arriver, les autorités comptent également à court et moyen termes, porter à 20 % d’ici 2022 et à 42 % d’ici 2035, la part de l’électricité produite à partir de sources renouvelables.

Elles prévoient aussi de produire de l’énergie à partir de déchets tout en ayant recours aux formes d’énergies alternatives comme l’hydrogène vert.

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.