L’Egypte veut étendre ses plans nationaux pour renforcer le rôle des énergies renouvelables dans la production d’énergie du pays
#Actualite #Decideurs #Economie #Electricite #Energie #EnergiesRenouvelables #Industrie #Institutions #EGYPTE
Agence Ecofin
lundi 18 avril 2022 Dernière mise à jour le Lundi 18 Avril 2022 à 06:00

Lors d’une rencontre qui s’est tenue samedi 9 avril, le président égyptien, Abdel Fattah al-Sissi, a incité son gouvernement à étendre les plans nationaux pour renforcer le rôle des énergies renouvelables dans la production d’énergie dont dépend le processus de développement de l’Egypte.

Le porte-parole de la présidence de la République, Bassam Rady a déclaré, d’après Al Borsa,que la réunion portait sur « le suivi des projets du ministère de l’Electricité et des Energies renouvelables au niveau de la République ».

Dr Mohamed Shaker, le ministre de l’Electricité et des Energies renouvelables, a présenté les projets nationaux dans le secteur de la production d’électricité à partir des énergies nouvelles et renouvelables. Et il apparait que le développement de l’énergie éolienne et solaire, en coopération avec l’expertise étrangère, soit le principal axe sur lequel travaille le gouvernement pour assurer la transition énergétique du pays. 

Le ministre a signalé que le pays vise à atteindre 42% d’énergies renouvelables dans le mix énergétique, d’ici 2035.

Dr Shaker a également évoqué les développements de la coopération entre l’Egypte et une expertise internationale dans le domaine de la production d’énergie verte à base d’hydrogène, étant donné l’intérêt mondial croissant pour les projets d’hydrogène vert.

Fin mars, l’Egypte avait signé un accord avec la Norvège pour développer des projets d’hydrogène vert en Afrique, une semaine après avoir signé un protocole d’accord avec Maersk pour explorer la production à grande échelle d’hydrogène vert dans le pays

Cette rencontre se tient donc à une période où le gouvernement égyptien multiplie les protocoles d’accord pour le développement des énergies propres. En plus des récents accords signés avec la Norvège et Maersk, la zone économique du canal de Suez de l’Egypte a signé début mars un protocole d’accord de cinq milliards de dollars avec Scatec, une société norvégienne d’énergie renouvelable, pour développer un projet d’ammoniac propre.

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.