Algérie : Le marché du blé est le second plus important d’Afrique après l’Egypte
#Ble #Economie #Financement #Guerre #Russie #Ukraine #EGYPTE
Agence Ecofin
lundi 6 juin 2022 Dernière mise à jour le Lundi 6 Juin 2022 à 07:30

En Egypte, la hausse des cours du blé pose de nombreux défis en termes de sécurité alimentaire dans la mesure où la céréale est la principale denrée de base. Alors que le gouvernement intervient de diverses manières sur le plan intérieur, il peut aussi compter sur plusieurs partenaires financiers. 

La Société internationale islamique de financement du commerce (ITFC) accordera une enveloppe de 3 milliards $ à l’Egypte pour lui permettre notamment de réaliser ses achats de blé dans un contexte de hausse des cours de la céréale. L’annonce a été faite par Ali Moselhy, ministre de l’Approvisionnement.

Ce montant qui porte à 6 milliards $, le total de l’engagement de l’ITFC dans le pays des pharaons depuis 2018 intervient comme un soulagement pour les autorités qui pourront limiter les sorties de devises étrangères dans un contexte de dévaluation de la livre égyptienne mise en œuvre en mars dernier.

Chez le premier importateur mondial, le gouvernement a annoncé que l’augmentation des prix du blé pourrait nécessiter le décaissement d’une enveloppe supplémentaire de 12 à 15 milliards de livres pour déployer en 2021/2022, programme de subventions dont bénéficient plus de 60 millions de personnes. Plus globalement, le pays envisage de consacrer 4,4 milliards $ aux importations de blé durant ladite campagne.   

Il faut noter que face à la flambée des cours de la céréale liée au conflit entre la Russie et l’Ukraine, le gouvernement a opté pour une diversification de ses sources vers l’Inde et un renforcement de l’approvisionnement auprès des producteurs locaux

L’Egypte consomme annuellement 20 millions de tonnes de blé.

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.