Shekel israélien : Le cycle de hausse face à l'euro n'est certainement pas terminé. Analyse de William Gerlach, Country Manager France chez iBanFirst. 6
#AnalyseEconomique #Banque #Consommation #Inflation #ISRAEL
Denys Bédarride
lundi 29 août 2022 Dernière mise à jour le Lundi 29 Août 2022 à 07:00

Après une correction à la baisse du PIB de -2,8% au premier trimestre 2022, la croissance repart à la hausse avec +6,8% au deuxième trimestre. La consommation privée a augmenté de +7,5% et l’activité professionnelle a bondi de +8,8%. Le secteur de la construction semble particulièrement dynamique, même s’il peine à réduire la pénurie de logements dont les prix ont augmenté en un an (année glissante de mai 2021 à mai 2022) de 17,8%.

Dans l’intervalle, le PIB par habitant d’Israël en USD a crû de +4,5% ce qui place désormais le niveau de vie moyen des Israéliens au-dessus de celui des Français, malgré la persistance d’un important taux national de pauvreté (de l’ordre de 20%).

L’indice des prix à la consommation a par ailleurs augmenté de 1,1% en juillet. Les hausses de prix les plus marquées en juillet ont touché les fruits frais (+ 8,5%), les transports (+3,3%), le logement (1,1%) et les loisirs (1,2%). Globalement, c’est la hausse mensuelle la plus élevée depuis juillet 2009. En glissement annuel, l’inflation israélienne s’établit à 5,2% fin juillet, c’est son plus haut niveau en 14 ans.

Une hausse supplémentaire des taux d’intérêt est anticipée dès la semaine prochaine, après celles d’avril (passage de 0,1% à 0,35%), de mai (0,75%) et de juillet (1,25%). 

Shekel israélien : Le cycle de hausse face à l'euro n'est certainement pas terminé. Analyse de William Gerlach, Country Manager France chez iBanFirst. 5

Le Shekel toujours au plus haut 

Le cours du shekel vis-à-vis de l’euro n’a jamais été aussi haut (3,31 ILS pour 1 EUR le 15 août) et la hausse est continue depuis le début du mois de juillet. Le principal moteur de cette appréciation a été la reprise du marché boursier à Wall Street et la nécessité pour les investisseurs institutionnels israéliens de protéger leurs positions à l’étranger en achetant des shekels (hedging). 

Par ailleurs, l’inflation aux Etats-Unis affecte aussi le taux de change, dès lors qu’elle vient réduire le taux d’intérêt effectif réel du dollar US et rend ainsi la monnaie israélienne plus attractive. 

Enfin, la résilience du secteur Hi Tech israélien semble bonne et suit la demande mondiale pour une numérisation toujours plus grande des sociétés. Les IDE dans ce secteur ont fléchi au premier semestre 2022 mais ils demeurent à haut niveau de 6,1 Mds USD et les entreprises, notamment américaines, installées en Israël continuent de faire entrer chaque mois des sommes très importantes pour payer les salaires élevés de leurs employés. C’est la région de Tel Aviv qui bénéficie le plus de cette manne. 

Source : Ambassade de France au Liban

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.