L’Afrique du Nord devrait devenir le premier importateur de blé au monde
#Agriculture #Ble #Importation #Production #EGYPTE
Agence Ecofin
mercredi 14 septembre 2022 Dernière mise à jour le Mercredi 14 Septembre 2022 à 07:00

L’Egypte est le principal importateur mondial de blé. Dans un contexte de flambée des cours de la céréale dans la foulée de la guerre entre l’Ukraine et la Russie, les autorités s’appuient sur une amélioration de l’offre locale pour réduire les achats sur le marché mondial.

En Egypte, l’exécutif a acheté 4,2 millions de tonnes de blé auprès des agriculteurs locaux durant la campagne d’achat tenue entre le 1er avril et le 31 août dernier. C’est ce qu’a déclaré Ali Moselhy, ministre de l’Approvisionnement, le 1er septembre. Le stock annoncé marque une hausse de 20 % par rapport au volume de 3,5 millions de tonnes collecté au cours de l’exercice précédent.

Selon le responsable, cette progression a été rendue possible par la mise en place de nouveaux silos et la modernisation des anciennes installations qui a permis d’améliorer la capacité d’entreposage de la céréale. Il faut souligner toutefois que ce niveau de collecte reste inférieur aux prévisions initiales de 6 millions de tonnes formulées par les autorités au début de la campagne d’achat. 

Si le gouvernement comptait renforcer les réserves stratégiques grâce à ce volume record, M. Moselhy explique que la majorité des exploitants a préféré réserver sa production pour un usage personnel et/ou le vendre au secteur privé dont les tarifs sont plus attractifs. 

En prélude à la prochaine campagne agricole qui débute en octobre prochain, l’exécutif a revu à la hausse le prix d’achat du blé chez les producteurs en le portant à 1 000 livres (52 $) par ardeb (150 kg) contre 865-885 livres cette année. Une revalorisation qui devrait encourager les producteurs à cultiver et à livrer davantage de blé à l’Etat. 

Pour rappel, l’Egypte consomme plus de 20 millions de tonnes de la céréale par an. En 2021, le pays des pharaons a importé environ 82 % de ses besoins de consommation de Russie et d’Ukraine selon les données de Trade Data Monitor (TDM).

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.