L’Algérie en tête avec le Rwanda pour recevoir le siège de l’Agence Africaine du Médicament
#Culture #Finance #Industrie #Investissement #ALGERIE
Denys Bédarride
jeudi 22 septembre 2022 Dernière mise à jour le Jeudi 22 Septembre 2022 à 07:00

La ministre de la Culture et des Arts, Soraya Mouloudji a annoncé, le 13 septembre à Alger, la promulgation prochaine du cahier de charges relatif à l'exploitation et à la gestion des salles de cinéma par les privés.

« Dans le cadre de la relance des salles de cinéma au niveau national, le cahier de charges relatif à l’exploitation et à la gestion de ces salles par les privés sera promulgué dans les jours, voire les semaines à venir”, a indique la ministre dans son allocution lors d’une rencontre avec des promoteurs intéressés par ce domaine, en présence d’un représentant du ministère de l’Industrie, pour écouter leurs préoccupations.

La ministre a indiqué que son secteur s’attelait depuis des mois à élaborer un cahier de charges relatif à l’industrie cinématographique, devant ouvrir de nouveaux horizons et accompagner la dynamique économique que connait le pays pour faire de cette industrie un secteur productif adapté aux mutations socioéconomiques.

Elle a expliqué que cette rencontre qui s’inscrit dans le cadre des actions de concertation entre les départements ministériels “constitue une occasion pour nombre de porteurs de projets d’investissement dans le domaine de l’industrie cinématographique”.

« Il émane, également, de la volonté d’accompagner et soutenir les projets et de tenter de trouver, de concert, des solutions à tous les obstacles qui entravent la concrétisation de ces projets”, a ajouté la ministre soulignant “l’importance accordée à l’investissement dans le domaine cinématographique et la coopération avec le secteur privé ».

« Cette nouvelle approche économique du secteur de la culture s’inscrit dans le cadre du plan d’action du Gouvernement et en application des instructions du Président de la République, Abdelmadjid Tebboune «, a expliqué la ministre, soulignant que son département “s’attèle à sa réalisation à travers un véritable investissement et l’accompagnement de toutes les initiatives versant dans la relance de l’industrie cinématographique en partenariat avec les différents secteurs concernés. Cette démarche vise à développer ce secteur stratégique, a-t-elle poursuivi.

“D’après les chiffres publiés par les instances internationales, le cinéma est parmi les industries qui génèrent le plus de profit, outre les postes d’emploi qu’il crée”, a mis en avant Soraya Mouloudji.

“Conscient de cet enjeu, l’Etat algérien s’emploie à renforcer l’arsenal juridique par la nouvelle loi sur l’investissement”, a affirmé la ministre, rappelant que cette loi était à l’ordre du jour de la rencontre notamment dans son volet lié à la subvention de cette industrie.

La nouvelle loi encouragera les initiatives et les projets de l’industrie culturelle en général et cinématographique en particulier.

Pour la ministre, “l’industrie cinématographique est liée à plusieurs domaines dont la formation, la réalisation, la production et la distribution et chaque volet nécessite des infrastructures qui permettront d’insuffler une dynamique, promouvoir la consommation culturelle et assurer d’autres moyens pour subventionner la production”.

Plusieurs projets d’investissement en la matière ont été présentés par des investisseurs privés dont la ministre a écouté les préoccupations.

Source : Algérie Presse Service

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.