Méditerranée : FEMISE braque les projecteurs sur les Femmes et Jeunes « Change Makers » 2/2
#Actualite #AideAuxEntreprises #AnalyseEconomique #AvisDExperts #BuzzNews #Collectivites #Decideurs #Economie #Emploi #EnDirectDe #Entreprises #Institutions #VieDesEntreprises #EchangesMediterraneens
Sami Bouzid
jeudi 19 décembre 2019 Dernière mise à jour le Jeudi 19 Décembre 2019 à 13:27

A l’occasion d’Emerging Valley, qui s’est tenu entre le 3 et 5 décembre derniers à Aix en Provence (France), FEMISE et Institut de la Méditerranée ont organisé un atelier sur les femmes et les jeunes « Change Makers » dans la région méditerranéenne. Ecomnews Med y était et voici ce que nous avons retenu. 2/2

Une mer d’hommes et de femmes dirigée principalement par des hommes. C’est le constat en Méditerranée quand on jette un regard attentif aux différents gouvernements et grandes entreprises ( 25% des femmes élues dans les différentes assemblées).

Un phénomène que FEMISE et l’IM veulent endiguer en consacrant une partie de leurs recherches, et de leurs ateliers à l’émancipation des femmes et au rôle de celles-ci dans le développement social et économique du bassin méditerranéen. Elles s’appellent, Chiraz, Hajar, Karine , Samah, A’Laa, Layla, Maryse, Patricia… et elles viennent de France, du Maroc, de Tunisie, du Liban… et apportent des solutions innovantes et inclusives pour la région méditerranéenne.

Oeuvrer pour l’égalité des genres

Dans un premier article, EcomNews Med a présenté les « success stories » d’entreprises et d’activités dirigés par des femmes en Méditerranée. Mais étaient également présentes des femmes de « l’écosystème meso », des femmes mentors, des actrices d’appui qui cherchent à renforcer le rôle de la femme dans toutes les sphères de la société. Dans les fonctions qu’elles occupent, elle sont toutes déterminées à travailler pour plus d’égalité, à l’image de Samah Ben Dhia, présidente d’AltaFemina en Tunisie qui explique « Notre réseau est un réseau de femmes qui avec les hommes travaillent sur des fondamentaux que sont la mixité et la parité ». 

Le champ d’action du réseau s’étend au delà de la défense du genre, car la réalité est également économique « c’est un enjeu de performance économique, la femme qui représente 50% de la population doit se retrouver sa juste place dans l’entreprise » complète la présidente. AltaFemina est par ailleurs devenu partenaire du FEMISE et de l’IM, en mars dernier, avec l’objectif de construire des projets et des événements pour promouvoir l’égalité des chances et booster l’entreprenariat féminin. L’atelier organisé par FEMISE et Institut de la Méditerranée en témoigne.

Des solutions innovantes pour construire la Méditerranée de demain

Durant cette journée, il ne s’agissait pas simplement d’égalité des genres. Réduire les femmes, chercheuses, entrepreneuses, économistes, à la simple question du genre résulterait d’une incompréhension du sujet en lui même. La réalité est que toutes contribuent à construire la Méditerranée de demain avec des solutions, des recherches et des actions. Souvent tout cela à la fois. Hajar Khamlichi par exemple anime le réseau « Mediterranean Youth Climate Network » qui oeuvre dans 22 pays méditerranéens à « renforcer les activités locales pour avoir un impact régional ». 

Venue du Maroc pour l’occasion, elle travaille également à « une société plus inclusive, plus juste et 0 carbone ». MYCN est également devenu partenaire de l’IM et du FEMISE en 2019, dans le but de proposer de nouveaux modèles pour susciter le changement économique, social et environnemental en Méditerranée et pour montrer à toute la société le potentiel des jeunes méditerranéens comme porteurs de solutions.

Femmes et jeunes qui mériteraient d’avoir accès à une large palette d’instruments financiers proposés par les Institutions de Finance Internationales (IFI) qui peuvent avoir un réel impact. « Ces instruments existent en Europe, en région MENA et en Afrique, mais ne sont pas assez connus par le public et devraient être valorisés davantage par les IFI » souligne Chiraz Karoui, avocate tunisienne avec un passage à la Banque Européenne d’Investissement en 2014-2019.

L’atelier organisé, en marge d’Emerging Valley, « a permis de montrer des exemples concrets, des femmes en Méditerranée qui sont porteuses de solutions inclusives, innovantes et durables » explique Constantin Tsakas, Secrétaire Général du FEMISE,  Délégué Général de l’IM et à l’origine de cette initiative.

Il aura permis à toutes ces femmes et aux hommes présents d’échanger leurs expériences, pour aller ensemble plus loin dans la construction d’un avenir résolument commun « s’inscrivant dans une dynamique pour créer un cercle vertueux en Méditerranée » conclut Constantin Tsakas. «  Nous devons être les dreamers, bellevers and doers, on ne se suffit pas à être un » complète brillamment Hajar Khamlichi.

Retrouvez notre premier reportage sur cette journée ici.

Pour plus d’informations sur le travail du FEMISE c’est par là.

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *