#AnalyseEconomique #Commerce #Economie #Petrole #TransportMaritime #EGYPTE #Suez
Fiona Urbain
vendredi 26 mars 2021 Dernière mise à jour le Vendredi 26 Mars 2021 à 18:37

Le blocage du canal de Suez par un porte-conteneurs géant entraine des conséquences économiques mondiales. Alors que le sauvetage du porte-conteneurs pourrait prendre des mois, découvrez dans notre vidéo tous les chiffres clés de ce canal qui représente 10% du commerce maritime international.

La navigation est toujours suspendue sur le canal de Suez, l’une des voies commerciales les plus empruntées au monde suite à l’échouage d’un gigantesque porte-conteneurs en travers de la voie.

10 milliards de dollars de marchandises et de matières premières seraient bloqués à bord de navires à l’arrêt, dans l’attente de la réouverture du canal de Suez.

Cet incident montre l’importance stratégique du Canal de Suez, qui concentre 10% du commerce maritime mondial. 19 000 navires de commerce l’ont emprunté en 2020, soit une cinquantaine par jour.

Canal de Suez bloqué : Quelles conséquences pour le commerce mondial ?

Situé en Egypte, long de 193 kilomètres, large de 280 mètres et profond d’une vingtaine de mètres, il relie la Mer Rouge à la Méditerranée et permet aux navires d’éviter le contournement de l’Afrique.

Le blocage du canal aura des répercussions sur les approvisionnements dans les semaines à venir et a déjà fait bondir les cours du pétrole de 5%.

Le canal de Suez constitue la troisième source de revenus de l’Egypte car chaque navire qui l’emprunte doit s’acquitter d’un droit de passage moyen de plus de 400.000 euros.

Le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi avait annoncé en 2015 un projet de développement du canal visant à doubler le nombre des navires l’utilisant d’ici 2023.

Ankara propose son aide au Caire

La Turquie a proposé vendredi à l’Egypte d’envoyer un remorqueur pour tracter un porte-conteneur immobilisé qui bloque depuis plusieurs jours le canal de Suez, dernier signe de l’offensive de charme d’Ankara envers Le Caire après des années de crise.

“Nous leur avons proposé de les aider et s’ils répondent favorablement, alors nous enverrons de l’aide”, a déclaré le ministre turc des Transports et des Infrastructures Adil Karaismailoglu, cité par l’agence de presse étatique Anadolu.

“Notre navire (remorqueur) Nene Hatun fait partie des quelques engins au monde capables de mener à bien une opération d’une telle envergure (…) Nos équipes sont prêtes. Si une demande d’aide nous parvient, nous ferons le nécessaire”, a-t-il ajouté.

La proposition d’aide de la Turquie intervient au moment où Ankara s’efforce d’apaiser ses relations avec Le Caire, qui sont fortement tendues depuis le renversement en 2013 du président Mohamed Morsi, issu des Frères musulmans et soutenu par le dirigeant turc Recep Tayyip Erdogan.

“Nous n’avons pas encore reçu de réponse”, a indiqué M. Karaismailoglu.

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *