Brouillon auto 146
#Decideurs #Institutions #Politique #ISRAEL
Denys Bédarride
jeudi 3 juin 2021 Dernière mise à jour le Jeudi 3 Juin 2021 à 09:30

Les dirigeants politiques ont salué ce 2 juin l’élection d’Isaac Herzog comme le prochain président d’Israël, après que le président de l’Agence juive et ancien chef du parti travailliste a remporté plus de voix à la Knesset que n’importe quel candidat à la présidentielle dans l’histoire du pays.

Herzog, le fils d’un ancien président, a été élu par 87 des 120 membres de la Knesset pour remplir le rôle de 11e président d’Israël, un poste largement honorifique. Miriam Peretz, militante et éducatrice lauréate du prix Israël qui a perdu deux fils de soldats dans les guerres d’Israël, a été soutenue par 26 législateurs lors du scrutin secret.

Dans un discours faisant suite au vote, Herzog s’est engagé à servir tous les Israéliens.Félicitant Herzog, Peretz a déclaré qu’il serait un président aimé, assurant que ses prières et celles de la nation étaient tournées vers son succès dans ce rôle. « Son succès est notre succès », a-t-elle déclaré.
Le président Reuven Rivlin, dont le mandat de sept ans se termine le 9 juillet, a téléphoné à son successeur fraîchement élu pour le féliciter.
« Je vous envoie mes salutations les plus chaleureuses, Monsieur le Président ! », a déclaré Rivlin dans un communiqué. « Le titre de ‘premier citoyen’ et la tâche de protéger le caractère de l’État d’Israël, en particulier en ce moment, sont de lourdes responsabilités. Je ne doute pas que vous les supporterez superbement. Je suis fier de vous passer le relais dans un mois. 

Les principaux législateurs ont également félicité Herzog pour son élection à la présidence.

« Je lui souhaite un grand succès au nom de tous les citoyens israéliens », a déclaré le Premier ministre Benjamin Netanyahu dans un communiqué.

Les deux hommes ont également fait des déclarations conjointes aux médias.

Herzog, qui était le principal adversaire de Netanyahu aux élections législatives de 2015, a déclaré qu’il espérait « pouvoir travailler avec n’importe quel gouvernement et avec n’importe quel Premier ministre ».

Netanyahu a commenté : « Eh bien, évitons ce sujet pour le moment », sous les rires de la foule.L’échange est survenu alors que les opposants politiques cherchent à finaliser une coalition qui verra Netanyahu remplacé en tant que Premier ministre, avant l’expiration à minuit du mandat accordé au dirigeant de Yesh Atid, Yair Lapid, pour former un gouvernement. Lapid a également félicité Herzog.

« Un homme digne et aimé qui voit le bien du peuple et du pays devant lui tout le temps. Bonne chance, président !, » a-t-il écrit sur Twitter.

Lapid a également adressé ses vœux à Peretz, déclarant : « Vous serez toujours la présidente de cœur du peuple israélien. »Rencontrant Herzog, le président de la Knesset Yariv Levin a déclaré : « En cette période, beaucoup de gens se tournent vers la résidence présidentielle. Ils voient le président comme la personne symbolisant nos valeurs communes… Je suis convaincu que vous réaliserez les espoirs de beaucoup lors de votre candidature.”

« Un sioniste au grand cœur », a tweeté le leader de Yamina Naftali Bennett, qui est en pourparlers avec Lapid pour former un gouvernement dans lequel les deux seraient nommés à tour de rôle Premier ministre.

Bennett a ajouté : « Votre grande mission est d’unir la nation. Avec l’aide de Dieu, nous le ferons ensemble. »

La cheffe du parti travailliste Merav Michaeli a salué Herzog comme « notre chair et notre sang », notant son ancien leadership du parti de centre-gauche qu’elle dirige désormais.

« Le soutien énorme et sans faille que vous avez reçu des membres [de la Knesset] témoigne à quel point vous êtes accepté par d’énormes pans de la nation israélienne », a écrit Michaeli sur Twitter.

Le leader ultra-orthodoxe du Shas, Aryeh Deri, a déclaré qu’il n’avait « aucun doute » que Herzog pourrait rassembler tous les Israéliens.

Le leader du parti Sionisme religieux Bezalel Smotrich, dont le parti d’extrême-droite a annoncé avant le vote qu’il soutiendrait Peretz, a également félicité Herzog.

« Unissez la nation, renforcez l’identité juive et sioniste du pays, tenez-vous-en à vos racines familiales profondes et luttez pour le juste chemin du peuple juif et de l’État d’Israël dans le monde », a tweeté Smotrich.

En Amérique, le groupe de lobbying pro-israélien AIPAC a félicité Herzog, tout comme l’American Jewish Committee, qui lui a souhaité « mazal tov ! ».

« Sous sa direction compétente, les liens entre Israël et les Juifs de la diaspora continueront de s’épanouir et de se développer », a déclaré l’AJC dans un communiqué publié sur son compte Twitter.

Le président israélien occupe un poste en grande partie honorifique mais joue un rôle clé pour décider qui obtient le mandat pour former un gouvernement après les élections. Le président a également le pouvoir de gracier des personnes et d’accorder sa clémence, ce qui pourrait devenir essentiel si Netanyahu était condamné dans son procès pour corruption en cours.

À l’approche du vote, Herzog a refusé de dire s’il envisagerait de gracier Netanyahu, qui n’avait soutenu aucun des deux candidats.

Avocat nanti de profession dans l’un des meilleurs cabinets du pays (fondé par son père), Herzog a une histoire familiale l’élevant au rang de royauté israélienne. Il est le petit-fils du premier grand rabbin ashkénaze d’Israël, Isaac Herzog, dont il porte le nom, est le fils de l’ancien général de division de Tsahal devenu président, Chaim Herzog. Son frère Michael est un général de brigade de Tsahal à la retraite. Sa tante Suzy était l’épouse de l’ancien ministre des Affaires étrangères, le légendaire Abba Eban.

Source The Times of Israel 

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *