Israël : 3 projets du Technion sélectionnés pour être testés à bord de l'ISS
#Innovation #Recherche #Science #Spatial #ISRAEL
journaliste
vendredi 4 juin 2021 Dernière mise à jour le Vendredi 4 Juin 2021 à 11:59

Trois projets du Technion seront testés à bord de la Station Spatiale Internationale, dans le cadre de la “Mission Rakia” de la Fondation Ramon et du Ministère israélien des Sciences et Technologies.

Eytan Stibbe, l’un des fondateurs de la Fondation Ramon, devrait s’envoler vers la Station Spatiale Internationale (ISS) au début de l’année 2022, dans le cadre de la mission Axiom Space Ax-1, sous réserve des approbations de la NASA et d’Axiom – la première mission vers la Station Spatiale entièrement habitée par des astronautes privés. Il deviendra ainsi le deuxième Israélien dans l’espace, après Ilan Ramon, qui a péri dans l’accident de la Navette Spatiale Columbia.

Stibbe devrait passer 200 heures dans la Station Spatiale Internationale. Il réalisera plusieurs expériences, offrant ainsi l’occasion aux chercheurs et entrepreneurs israéliens d’examiner la faisabilité et la viabilité de certains projets, et de faire progresser la recherche et les équipements spatiaux. Les expériences ont été récemment sélectionnées par un comité scientifique et technologique nommé par la Fondation Ramon. Cette mission spatiale permet de surmonter l’un des principaux obstacles à l’entrée dans l’industrie aérospatiale, à savoir le coût élevé des heures de vol des astronautes pour effectuer les recherches.

Trois projets révolutionnaires du Technion ont été sélectionnés pour être testés par Stibbe à bord de la station spatiale internationale :

Le laboratoire du Professeur Moran Bercovici de la Faculté de Génie Mécanique prévoit de démontrer la toute première fabrication de composants optiques dans l’espace. L’expérience FLUTE (Fluidic Telescope Experiment) a été conçue et construite par Valeri Frumkin, Mor Elgarisi et Omer Luria, sous la direction du Professeur Bercovici, en collaboration avec une équipe de chercheurs de la NASA, dirigée par Edward Balaban. L’expérience menée à bord de l’ISS permettra d’étudier la possibilité d’exploiter l’environnement de microgravité pour produire des lentilles de haute qualité en donnant à des liquides la forme souhaitée, puis en les solidifiant. Une démonstration réussie à bord de l’ISS ouvrira la voie à la fabrication de composants optiques avancés dans l’espace, y compris la création de télescopes spatiaux de très grande taille, en surmontant les contraintes de lancement actuelles.

Les équipes du Professeur Ehud Behar et du Professeur Shlomit Tarem du Département de Physique, dirigées parle doctorant Roi Rahin, développent un instrument de localisation des sursauts gamma – un dispositif qu’ils ont nommé GALI. Les sursauts de rayons gamma sont produits par des étoiles explosant en supernova, ainsi que par la collision d’étoiles à neutrons. Ces mêmes événements produisent également des ondes gravitationnelles, ce qui rapproche l’étude de ces deux phénomènes. Le principal défi auquel sont confrontés les scientifiques est de pouvoir localiser dans le ciel l’endroit d’où provient le sursaut gamma, ce qui permettrait ensuite aux astronomes du monde entier de diriger leurs télescopes vers cet événement. GALI améliore les détecteurs précédents en utilisant des capteurs beaucoup plus petits que ceux utilisés précédemment, disposés dans un réseau 3Dinnovant. C’est grâce à cette disposition unique que, tout en étant beaucoup plus petit que les détecteurs de sursauts gamma précédents, GALI promet d’être plus précis dans ses capacités de direction.

Enfin, l’Aerospace Plasma Lab, dirigé par le Dr Igal Kronhaus de la Faculté de Génie Aérospatial, développe un minuscule moteur pour les Cube Sats – des satellites miniatures constitués de modules cubiques de 10 cm × 10 cm × 10 cm. Leur moteur, appelé “Inline-Screw-Feeding Vacuum-Arc-Thruster”, et son alimentation en carburant ne sont pas plus gros qu’un doigt humain, mais peuvent fournir une impulsion suffisante pour maintenir un vol de satellites en formation pendant des mois ou plus. Le combustible, un petit fil de titane, peut être tenu en toute sécurité dans la main. Le moteur sera placé à l’extérieur de la Station Spatiale Internationale et fonctionnera dans des conditions de vide poussé et de températures extrêmes.

Deux autres des projets sélectionnés sont issus du Technion : l’un provient d’Aleph Farms, une start-up spécialisée dans la viande cultivée. La technologie d’Aleph Farms a été développée sur la base des recherches de la Professeure Shulamit Levenberg à la Faculté de Génie Biomédical du Technion. L’autre est celle d’OncoHost – une start-up spécialisée dans le traitement personnalisé du cancer, basée sur les recherches du Professeur Yuval Shaked de la Faculté de Médecine Rappaport du Technion.

Tous les projets doivent maintenant subir un processus rigoureux de révision conceptuelle afin d’être prêts à être lancés.

Source : Technion

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *