Libye : Nouvelle période d’incertitudes après l’investiture d’un nouveau Premier ministre. Explications 1
#Actualite #Decideurs #Economie #Elections #Institutions #ONU #Politique #LIBYE
Denys Bédarride
vendredi 11 mars 2022 Dernière mise à jour le Vendredi 11 Mars 2022 à 05:00

Le pays est entré dans une nouvelle phase d’incertitudes politiques depuis le 10 février, avec l’investiture d’un nouveau Premier ministre, Fathi Bashagha (ex-ministre de l’intérieur) par le Parlement. 

Il y a un an, le gouvernement d’Union Nationale avait été mis en place sous l’égide de l’ONU et Abdel Hamid Dbeiba avait été nommé Premier ministre pour mener la transition vers une normalisation politique. Dans cette optique, une double élection présidentielle et parlementaire avait été prévue le 24 décembre 2021. 

Cependant, ces élections ont été reportées sine die en raison de désaccords entre les pouvoirs de l’Est, incarnés par le Parlement et le maréchal Haftar, et les pouvoirs de l’Ouest, soit le gouvernement de Dbeiba et le Haut Conseil d’Etat.

Le pays est entré dans une nouvelle phase d’incertitudes politiques le 10 février, avec l’investiture d’un nouveau Premier ministre, Fathi Bashagha (ex-ministre de l’intérieur) par le Parlement

Deux Premiers ministres rivaux coexistent actuellement puisque Abdel Hamid Dbeiba, qui dénonce un vote illégitime, ne semble pas décidé à quitter ses fonctions et considère que sa mission ne s’achèvera qu’après la désignation d’un gouvernement sorti des urnes. Le Parlement estime quant à lui que le mandat de Abdel Hamid Dbeiba expiré faute d’avoir pu organiser les élections de décembre. 

Le président du Haut Conseil de l’Etat (HCE) a également apporté son soutien au Parlement dans la désignation de Fathi Bashagha, affaiblissant d’autant plus la position de Abdel Hamid Dbeiba. Ce point d’accord entre le Parlement et le HCE, deux figures politiques de poids de l’Est et l’Ouest libyen, pourrait offrir une occasion de rassembler le pays autour d’un candidat et de stabiliser la situation politique. L’ONU, dont l’objectif premier est d’organiser des élections nationales dans les meilleurs délais a appelé «toutes les parties et institutions à continuer de préserver la stabilité de la Libye » et a déclaré avoir pris acte de l’investiture de Bashagha.

Le gouvernement de Fathi Bashagha, a reçu le vote de confiance du Parlement le 1er mars mais n’a pas pu prendre ses fonctions compte tenu de la résistance du Premier ministre en place, Abdel Hamid Dbeiba

Source Ambassade de France en Tunisie-Libye 

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.