Méditerranée: Le Port de Sète-Frontignan fait du transport ferroviaire une de ses priorités et ambitionne de faire passer sa part modale ferroviaire à plus de 25% en 2025
#Actualite #Economie #Infrastructures #Transport #TransportFerroviaire #EchangesMediterraneens
Denys Bédarride
jeudi 31 mars 2022 Dernière mise à jour le Jeudi 31 Mars 2022 à 06:00

Dans le cadre de son projet stratégique 2021-2025, le port de Sète-Frontignan priorise le verdissement de ses activités portuaires, avec l’ambition de favoriser les modes de transports à faibles émissions. Le port de Sète-Frontignan et la Région Occitanie ont investi dans une nouvelle plateforme ferroviaire de 6 hectares livrée fin octobre 2021, elle dispose de 3 voies de chargement, et est dédiée à accompagner le développement du trafic ferroviaire, dont notamment le projet Sète-Calais qui a été retenu par le gouvernement français comme future autoroute ferroviaire. 

Ce 24 mars, Jean-Luc Gibelin, vice-président chargé des Mobilités pour tous et des Infrastructures de transports, représentant la présidente de Région Carole Delga, et Jean-Claude Gayssot, Président du Port de Sète-Frontignan ont inauguré la reprise du trafic ferroviaire de marchandises dans le port. Ils étaient déjà présents il y a 6 ans, à la mise en place du lancement du trafic ferroviaire sur le port.

Comme défini dans son projet stratégique 2021-2025, le port de Sète-Frontignan priorise le verdissement de ses activités portuaires, avec notamment l’ambition de favoriser les modes de transports à faibles émissions. Dans ce cadre, le port de Sète-Frontignan et la Région Occitanie ont investi dans une nouvelle plateforme ferroviaire de 6 hectares livrée fin octobre 2021, elle dispose de 3 voies de chargement, et est dédiée à accompagner le développement du trafic ferroviaire, dont notamment le projet Sète-Calais qui a été retenu par le gouvernement français comme future autoroute ferroviaire. 

Le montant des travaux s’élève à 9,4 M€ dont 5,7 M€ ont été financés par la Région Occitanie pour les aménagements ferroviaires, et 3,7 M€ financés par le Port pour l’aménagement de la plateforme. Le projet a également été financé à hauteur de 725 000 € par la dotation de soutien à l’investissement local (DSIL) et de 5,14 M€ de crédits européens du fonds européen de développement régional (FEDER).

Sélectionné à l’issu d’un appel à projets pour la gestion de la nouvelle plateforme, l’opérateur ferroviaire VIIA, filiale de la SNCF, devrait investir 8 millions d’euros pour le déploiement de la technologie de chargement horizontale ‘Modalhor’ sur le port de Sète. VIIA lancera des nouveaux services : la ligne Sète – Calais (18h de transit) sélectionnée dans le cadre des autoroutes ferroviaires, et les connexions Sète – Bettembourg (12h de transit) et Sète – Gennevilliers. 

L’opérateur CargoBeamer opère une ligne à destination de Cologne

Un second opérateur la société Cargobeamer associée à l’opérateur ferroviaire Europorte, opère depuis mars 2022 des liaisons ferroviaires, à raison de 2 trains par semaine à destination de Cologne en Allemagne, puis développera de nouvelles lignes à destination de Kaldenkirchen aux Pays-Bas.

La mise en service d’une nouvelle plateforme ferroviaire performante permet d’accompagner le développement du groupe DFDS implanté à Sète depuis juillet 2019, notamment pour combiner les services ferroviaires et maritimes. Ces trains à destination de Cologne sont aujourd’hui opérés majoritairement pour le chargeur EKOL qui est à l’origine de cette ligne régulière en Méditerranée.

L’armateur DFDS opère aujourd’hui une autoroute de la mer entre les ports de Yalova et Sète à raison de 4 escales par semaine. En 2021, ce sont plus de 80 000 unités (semi-remorques et conteneurs) qui ont transité par le port de Sète offrant ainsi une alternative maritime rapide et compétitive aux transporteurs qui utilisent d’ordinaire la route entre l’Anatolie et l’Europe. 

La société DFDS affrète les trains d’une quarantaine de wagons dont la société EKOL lui en préréserve déjà 32.

De plus, de nombreux transporteurs sont intéressés par le report multimodal dont les transports Mars, Ares, Vip et Sunlog. Ces services permettront d’offrir une alternative aux flux « tout route ». Les trains transporteront au démarrage 42 unités dans les deux sens, constitués essentiellement de pièces détachées pour l’industrie automobile à destination du Royaume Uni et de l’Allemagne.

Le transport ferroviaire est la solution idéale pour contribuer à la réduction de l’empreinte carbone du transport de marchandises et à la transition énergétique, fer de lance de la stratégie du Port de Sète-Frontignan et de la Région Occitanie, propriétaire du port, tout en répondant à une demande croissante des clients transporteurs dans un souci d’innovation, de flexibilité et de respect de l’environnement.

Ce nouveau service a une composante environnementale forte. En 2022, le port ambitionne de faire passer sa part modale ferroviaire de 15% aujourd’hui, à plus de 25% en 2025. Aussi ce seront entre 30 et 40 000 semi-remorques par an qui transiteront à terme via le fret ferroviaire, soit 40 000 camions non présents sur les routes.

« La Région Occitanie à travers son Pacte Vert, s’engage à transformer durablement son modèle de développement. Comme ici au port de Sète où nous avons soutenus l’aménagement d’une nouvelle plateforme ferroviaire, et permis le redémarrage du fret. Redévelopper le train pour le transport de marchandises, c’est moins de camions sur les routes et moins d’émissions de CO2. La Région Occitanie a investi 87M€ depuis 2016 dans le port de Sète pour soutenir l’émergence de projets, pour faire de ce port un port plus durable, attractif et innovant, comme l’installation de panneaux photovoltaïques ou le renouvellement du parc automobile par une flotte électrique » a indiqué Carole Delga, la présidente de la Région Occitanie.

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.