Egypte : Sa croissance économique a atteint un taux de 9% contre 1,3% à la même période de l’année fiscale précédente
#Actualite #AnalyseEconomique #BanqueMondiale #Decideurs #Economie #Finance #Institutions #Ukraine #EGYPTE
Agence Ecofin
vendredi 29 avril 2022 Dernière mise à jour le Vendredi 29 Avril 2022 à 06:00

Malgré les défis économiques liés à la covid-19 et l’inflation exacerbée par la guerre en Ukraine, l’économie de l’Egypte continue d’afficher une relative stabilité et de réaliser des performances. Ces résultats sont essentiellement dus aux réformes engagées dans le pays, depuis plusieurs années.

Pour les premier et deuxième trimestres de l’année fiscale en cours, la croissance économique de l’Egypte a atteint un taux de 9% contre 1,3% à la même période de l’année fiscale précédente. L’information émane d’un communiqué de presse publié le mardi 19 avril par la présidence du pays.

D’après la ministre de la Planification et du Développement économique, Dr. Hala El-Said, cette performance de l’économie du pays représente le taux de croissance le plus élevé enregistré depuis plus d’une vingtaine d’années.

« L’économie égyptienne devrait atteindre une croissance totale d’environ 6 % d’ici la fin de l’année. Ce qui dépasse les prévisions économiques antérieures de diverses institutions internationales », précise, par ailleurs la note d’information.

Cette croissance économique est le résultat de la mise en œuvre du programme gouvernemental « Vision 2030 ». Mis en place depuis 2016, il vise à « assurer la cohérence entre ses objectifs et ceux de développement durable des Nations unies, et à intégrer des questions urgentes telles que le changement climatique, l’inclusion financière, la question démographique et la pénurie d’eau ».

Selon les données de la Banque mondiale, après avoir enregistré une croissance de 5,65% au cours de l’exercice 2018/2019, le pays des pharaons a vu sa performance chuter à 3,6% au cours de l’exercice 2019/2020. Pour l’exercice 2020/2021 allant du 1er juillet 2020 au 30 juin 2021, la croissance du pays a continué de baisser jusqu’à 3,3% essentiellement à cause de la covid-19. 

Ce n’est qu’à partir du quatrième trimestre de l’exercice 2020/2021, soit d’avril à juin 2021, que les activités ont commencé à rebondir « poussant la croissance à 7,7% contre une contraction de 1,7 % au quatrième trimestre de l’exercice 2019/20 ».

Les autorités prévoient une croissance dans l’ordre de 6% d’ici la fin de l’année. Une estimation supérieure aux prévisions de plusieurs institutions internationales, selon le communiqué.

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.