Maroc : La croissance économique marocaine en 2021 devrait rebondir à 7,2% après une contraction de 6,3% en 2020
#Economie #Finance #FMI #Inflation #MAROC
Agence Ecofin
samedi 9 juillet 2022 Dernière mise à jour le Samedi 9 Juillet 2022 à 07:30

La facilité de crédit devrait permettre au royaume chérifien de se prémunir contre les chocs externes, y compris l’inflation importée.

Le Maroc a entamé des négociations avec le Fonds monétaire international (FMI) sur une nouvelle ligne de précaution et de liquidité (LPL), a annoncé le représentant de l’institution financière multilatérale au royaume, Roberto Cardarelli, le 23 juin.

« Les négociations relatives à cette nouvelle ligne de crédit en sont à leurs débuts. Le Maroc doit satisfaire à un ensemble de critères, car la LPL exige un cadre macrofinancier solide », a-t-il précisé aux médias locaux, en marge d’une conférence organisée par la banque centrale marocaine, Bank Al-Maghrib, en partenariat avec le FMI.

« Pour l’instant, le Maroc est dans une position macrofinancière confortable avec des réserves de change couvrant 6 mois d’importations », a-t-il ajouté.

Des négociations entre le Maroc et le FMI sur une nouvelle LPL avaient été déjà annoncées le 21 juin par le gouverneur de Bank Al-Maghrib, Abdellatif Jouahri, qui a indiqué qu’une nouvelle LPL devrait permettre au royaume de se prémunir contre les chocs externes, y compris l’inflation importée ; révélant que le Maroc pourrait émettre des euro-obligations d’un montant d’un milliard de dollars, malgré les conditions de marché difficiles.

« Des discussions entre le Trésor et les banques qui le conseillent sont déjà engagées (…). Il appartiendra au gouvernement et au ministère des Finances de juger s’il est opportun de réaliser une sortie, ou non, sur les marchés internationaux », a-t-il dit, lors d’une conférence de presse.

La ligne de précaution et de liquidité est une facilité de crédit du FMI qui permet d’apporter des financements pour répondre aux besoins réels ou potentiels de balance des paiements des pays qui mènent de bonnes politiques économiques. Elle a été conçue pour servir d’assurance ou pour aider à résoudre les crises liées aux chocs économiques internes ou externes.

L’admission d’un pays à bénéficier de la LPL témoigne de la solidité de son économie et de sa bonne politique économique. Le Maroc a déjà bénéficié de plusieurs lignes de précaution et de liquidité, lors de la dernière décennie.

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.