Tech It to Israël 2020
#AnalyseEconomique #Banque #Covid19 #EchangesMediterraneens #Finance #Gaz #Petrole #Tourisme #EGYPTE #IRAK #IRAN #ISRAEL #LIBAN #PALESTINE
Denys Bédarride
mardi 6 octobre 2020 Dernière mise à jour le Mardi 6 Octobre 2020 à 17:09

Découvrez le condensé de l’actualité économique de la région MENA cette semaine, réalisé avec l’appui de l’ambassade de France au Liban et avec le concours des services économiques dans la région (Amman, Bagdad, Erbil, Jérusalem, Le Caire, Téhéran et Tel-Aviv).

L’actualité économique en Égypte

Le ministère des Finances a réalisé, le 29 septembre, une émission de green bonds pour un montant de 750 millions de dollars, d’une maturité de cinq ans. L’opération a été un succès, avec notamment un taux d’intérêt moyen de 5,25 %, inférieur de 50 points de base à la cible initiale des autorités.

17 % des ménages ont vu un de leurs membres abandonner l’université, 23 % ont subi la perte d’un emploi, 24 % ont été contraints de demander l’assistance financière d’un proche, 32 % ont réduit leur consommation alimentaire tandis que 34 % ont renoncé à des consultations médicales

Dans le cadre du plan de soutien pour faire face à la crise de la Covid-19, les autorités ont annoncé la prolongation jusqu’à la fin de l’année de certaines mesures de soutien économique introduites en avril 2020, parmi lesquelles l’allocation mensuelle de 500 livres (27 euros) accordée à certains travailleurs irréguliers, le report du paiement de certaines charges (énergie, emprunts bancaires) et prélèvements fiscaux (taxe immobilière) pour les établissements touristiques, l’exonération de visa pour les touristes arrivant à Sharm el Sheikh, Hurghada, Marsa Alam, Louxor et Assouan, et les subventions versées aux compagnies aériennes opérant des vols charters à destination des stations balnéaires de la Mer Rouge.

L’encours des Bons du Trésor détenus par des investisseurs étrangers a augmenté pour le deuxième mois consécutif : il est passé de 122 milliards de livres (7,7 milliards de dollars) à 172 milliards de livres (10,8 milliards de dollars) entre juin et juillet 2020, après être tombé à 111 milliards de livres (7 milliards de dollars) en mai.

La nouvelle loi sur le secteur bancaire et sur la Banque centrale a été ratifiée par le président de la République. Ce texte, en discussion depuis 2017, accorde notamment plus de pouvoir de régulation à la Banque centrale, instaurant une taxe de 1 % sur les profits des banques

Concernant le commerce extérieur, la balance commerciale a enregistré un déficit de 2,28 milliards de dollars en juillet 2020, en contraction de 52 % par rapport au même mois de 2019. Cette évolution est due à une chute des importations (– 39 %) plus importante que celles des exportations (– 15 %).

Moyen-Orient/Afrique du Nord : Ce qu'il ne fallait pas manquer de l'actualité économique cette semaine 2
Wikimedia Commons

L’actualité économique en Irak

L’inflation, mesurée par l’indice des prix à la consommation, aurait été nulle en août. En 2020, elle atteint un rythme moyen de 0,3 %, contre – 0,2 % en moyenne en 2019. L’accélération des prix s’explique par les secteurs Santé, Logements, eau et électricité.

Les exportations de pétrole sont passées de 3,542 millions de barils par jour au cours des huit premiers mois de 2019 à 3,114 millions de barils par jour au cours des huit premiers mois de 2020. Dans le même temps, leur montant global a été ramené de 53,4 milliards de dollars à 27,5 milliards de dollars. Cela s’explique en partie par le prix du baril exporté, qui s’est établi à 36,5 dollars contre 62,1 dollars.

Tunisie : La compagnie autrichienne OMV va démobiliser son personnel de la station de production et de pompage de brut à El Kamour, région de Tataouine. 2000 emplois en jeu

L’actualité économique en Iran

Le montant total des recettes fiscales serait passé de 242 714,1 milliards de rials (4,3 milliards de dollars) à la fin du premier trimestre de 2019/2020 à 512 364,5 milliards (12,2 milliards de dollars) à la fin du premier trimestre de 2020/2021, soit une hausse supérieure à 111 % en glissement annuel.

Concernant la dette publique, la Banque centrale a organisé, sur le marché interbancaire et avec le concours de sa société de courtage, une dix-huitième séance d’émission de titres souverains (murabaha) par voie d’adjudication ouverte, à laquelle une seule banque a participé.

Le montant des crédits alloués par les banques aux secteurs de l’agriculture, des mines, de l’industrie, du commerce, de la construction et des services serait passé de 2,9 milliards de rials (22,4 milliards de dollars) à la fin des cinq premiers mois de 2019/2020 à 5 milliards de rials (26,7 milliards de dollars) à la fin de ceux de 2020/2021.

La capitalisation boursière de la Bourse de Téhéran serait passée de 8 933 174 milliards de rials (64,1 milliards de dollars) à la fin du premier trimestre de 2019/2020 à 47 597 338 milliards de rials (292 milliards de dollars) à la fin du premier trimestre de 2020/2021, soit une augmentation supérieure à 432,8 %.

La valeur des transactions du marché des hydrocarbures de la Bourse de l’énergie (IRENEX) serait passée de 32 249 milliards de rials au cours du premier trimestre de 2019/2020 à 182 107 milliards de rials au cours du premier trimestre de 2020/2021, soit une hausse de 464,7 %.

La valeur totale des investissements étrangers dans les projets industriels, miniers et commerciaux aurait été ramenée de 554 millions de dollars (24 projets d’investissement) au premier trimestre de 2019/2020 à 417 millions de dollars (18 projets d’investissement) au premier trimestre de 2020/2021.

La production du gaz serait passée de 651,8 millions de m3 par jour au cours du premier trimestre de l’année 2019/2020 à 668,8 millions de m3 par jour au cours du premier trimestre de l’année 2020/2021, soit une progression de 2,6 %.

La Compagnie nationale pour la distribution des produits pétroliers a organisé dix nouvelles sessions de vente d’essence via la Bourse de l’Énergie. 170 000 tonnes onshore ainsi que 2 655 000 barils offshore auraient été proposés à un prix de 273 dollars la tonne et 40 dollars le baril.

La production totale d’électricité serait passée de 78,239 TWh à la fin du premier trimestre de 2019/2020 à 80,290 TWh (dont plus de 66,5 % produit uniquement par les centrales à gaz et à cycle combiné) à la fin du premier trimestre de 2020/2021, soit une hausse de 2,6 %.

D’après la Banque centrale, le prix moyen de l’immobilier résidentiel à Téhéran aurait augmenté d’environ 91,7 %, à 242,9 millions de rials le mètre carré entre le mois de septembre 2019 et le mois de septembre 2020. Le nombre de transactions aurait augmenté de 203,7 %, à 8 500 unités.

D’après l’Association mondiale de l’acier, la production d’acier serait passée de 2,09 millions de tonnes au mois d’août 2019 à 2,4 millions de tonnes au mois d’août 2020, soit une progression de 14,8 % en glissement annuel.

Le nombre de permis de construire délivrés en zone urbaine serait passé de 39 112 permis à la fin du premier trimestre de 2019/2020 à 39 615 permis à la fin du premier trimestre de 2020/2021, soit une hausse de 1,3 %. En glissement trimestriel, il aurait diminué de 7,5 %.

Signe des temps, le groupe Lufthansa (Lufthansa et Austrian airways) aurait prorogé la suspension de ses vols vers l’Iran jusqu’au 13 décembre 2020. Iran Air, pour sa part, aurait reporté la date de la reprise de ses vols vers l’Allemagne du 26 septembre au 7 octobre 2020.

Alireza Razm Hosseini, précédemment gouverneur des provinces de Khorasan Razavi et de Kerman, a été nommé ministre de l’Industrie, des Mines et du Commerce, sur proposition du Président Rohani, et après l’approbation de l’Assemblée, par 175 votes favorables.

Moyen-Orient/Afrique du Nord : Ce qu'il ne fallait pas manquer de l'actualité économique cette semaine 3
Wikimedia Commons

L’actualité économique en Israël

Face à la hausse croissante du nombre quotidien de cas de coronavirus (près de 9 000), le gouvernement a décidé de poursuivre le confinement jusqu’au 14 octobre (a minima).

D’après le Bureau central des statistiques, le salaire moyen s’est élevé à 11 651 shekels (3 400 dollars) en juillet 2020, en hausse de 5,8 % par rapport à juillet 2019.

Selon la Banque centrale, le portefeuille d’actifs géré par les investisseurs institutionnels a atteint 1,88 trillion de shekels (550 milliards de dollars) à la fin du deuxième trimestre 2020, soit une augmentation de 5,6 % en glissement annuel.

La croissance des achats payés par cartes de crédit s’est établie en moyenne à 2,4 % entre les huit premiers mois de 2019 et les huit premiers mois de 2020. Calculée en données corrigées des variations saisonnières, elle s’est établie à 1,5 % sur la même période.

Les start-up israéliennes auraient levé 7,6 milliards de dollars au cours des neuf premiers mois de 2020 (dont 1,1 milliard de dollars en septembre) selon Start-up Nation Central, après 8,3 milliards levés sur l’ensemble de l’année 2019.

Moyen-Orient/Afrique du Nord : Ce qu'il ne fallait pas manquer de l'actualité économique de cette semaine 8

L’actualité économique au Liban

Les récents développements politiques ont provoqué une dépréciation supplémentaire de la livre libanaise. Elle s’établissait à 8 650 livres pour 1 dollar le 2 octobre, contre 7 700 livres pour 1 dollar le 25 septembre.

Le montant des transferts budgétaires à Électricité du Liban a crû de 293,61 millions de dollars au premier trimestre 2019 à 301,85 millions de dollars au premier trimestre 2020, soit une hausse de 2,81 % sur un an. Il s’agit du troisième poste de dépenses de l’État avec 10,4 % des dépenses publiques.

D’après le bilan intérimaire que la Banque du Liban publie tous les quinze jours, le montant de ses avoirs bruts en devises a été ramené de 28,179 milliards de dollars le 15 septembre 2020 à 25,928 milliards de dollars le 30 septembre 2020.

Le président du parlement libanais, Nabih Berri, a annoncé le 1er octobre avoir trouvé un accord avec Israël pour entamer des pourparlers sur la délimitation des frontières maritimes, sous les auspices de l’ONU. Les États-Unis ont salué un « accord historique ». Des pourparlers sur la délimitation des frontières terrestres devraient aussi être menées séparément avec les Nations unies.

D’après l’Association des banques libanaises (ABL), le montant des chèques compensés a diminué de 3,54 % entre les huit premiers mois de l’année 2019 et les huit premiers mois de 2020.

L’actualité économique en Palestine

Ce 30 septembre, l’Autorité palestinienne a versé 50 % des salaires du mois d’août à ses agents, avec un plancher minimum de 1 750 shekels (510 dollars). Cela correspond à environ 60 % du montant total de la masse salariale due.

L’Union européenne a invité l’Autorité palestinienne à accepter de percevoir les clearances revenues et transferts financiers d’Israël. Le porte-parole de la délégation de l’UE a souligné que ces revenus devaient être acceptés indépendamment des tensions politiques.

L’Autorité monétaire palestinienne aurait mobilisé 1,7 milliard de shekels (soit 495 millions de dollars) en dons et prêts auprès des banques privées palestiniennes depuis le début de la crise de la Covid-19. La dette totale de l’Autorité auprès des banques privées s’élèverait à 5,5 milliards de dollars.

D’après le Palestinian Central Bureau of Statistics (PCBS), l’indice des prix à la production est inférieur de 4,7 % sur les huit premiers mois de 2020 comparé à la même période en 2019.

D’après le Palestinian Central Bureau of Statistics (PCBS), l’indice des prix à la production des produits de consommation locale a atteint 93,50 (base 100 en 2018) en août 2020, soit une baisse de 4,83 % par rapport à août 2019.

D’après le Palestinian Central Bureau of Statistics (PCBS), l’indice des prix à la production des produits locaux exportés a atteint 95,98 en août 2020, soit une baisse de 3,36 % par rapport à août 2019.

Le ministère du Tourisme et des Antiquités indique que les pertes du secteur du tourisme liées à la crise de la Covid-19 dépassent 1 milliard de dollars.

Les dépenses touristiques entrantes ont diminué de 68 % par rapport à 2019. Les gouvernorats de Bethléem et de Jérusalem sont les plus touchés. Près de 10 000 emplois dans le secteur du tourisme y ont été détruits – on dénombrait 43 000 employés en 2019, contre 33 000 en 2020.

Source : ambassade de France au Liban, avec le concours des services économiques dans la région (Amman, Bagdad, Erbil, Jérusalem, Le Caire, Téhéran et Tel-Aviv).

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *