#Agriculture #Alimentation #Cooperation #Mediterranee #EchangesMediterraneens
Fiona Urbain
vendredi 20 novembre 2020 Dernière mise à jour le Vendredi 20 Novembre 2020 à 20:23
Agenda
Date de début : 25 novembre 2020
Date de fin : 26 novembre 2020
Localisation : en visioconférence
Catégorie : Réunion du réseau MED-Amin (Mediterranean Agricultural Market information Network) sur la sécurité alimentaire
Organisateur : Le réseau des CIHEAM

La prochaine réunion du réseau MED-Amin (Mediterranean Agricultural Market information Network) se déroulera en ligne les 25 et 26 novembre 2020. Les questions de la sécurité alimentaire et de suivi des marchés céréaliers seront au coeur des échanges, s’agissant de problématiques partagées par les pays méditerranéens, souvent grands consommateurs de céréales. Interviews croisées d’Arnaud Petit, directeur du Conseil International des Céréales, et d’Elen Lemaître-Curri, directrice adjointe du CIHEAM-IAM Montpellier.

MED-Amin est un réseau de coopération entre les 13 Etats membres du  CIHEAM. Il a été crée suite aux crises alimentaires qui ont affecté la Méditerranée en 2007 et 2008. 

« L’objectif est de renforcer les compétences sur le suivi des marchés agricoles et améliorer les capacités de prévisions et de réactions conjointes en cas de crise » explique Elen Lemaître-Curri, directrice adjointe du CIHEAM-IAM Montpellier.

Coordonné par le CIHEAM, et plus spécifiquement par son Institut Agronomique Méditerranéen de Montpellier (IAMM), le réseau MED-Amin travaille en collaboration avec l’initiative globale AMIS basée à Rome, la FAO et la Commission Européenne.

Arnaud Petit, directeur du Conseil International des Céréales rappelle que les céréales constituent 90% de l’énergie consommée par l’alimentation humaine. « On est vraiment au coeur de la sécurité alimentaire. Le grand défi du marché des céréales est de pouvoir répondre à des chocs de climat, des chocs de changement de pratiques agricoles avec une demande en constante augmentation dans le secteur méditerranéen ». 

La plupart des Etats méditerranéens sont devenus des importateurs nets de céréales. En moyenne, deux-tiers de la consommation domestique est couverte par les achats sur les marchés internationaux. L’Egypte est le premier importateur de blé de la planète.

Les pays arabes méditerranéens, du Maroc à la Syrie, qui ne comptent que pour 3% de la population mondiale, polarisent en moyenne, au cours de chaque campagne depuis le début du 21ème siècle, environ 15 à 17 % des importations mondiales de céréales, et entre 17 et 20% de celles en blé spécifiquement.

Les projections onusiennes indiquent que les pays de l’Afrique du Nord/Moyen-Orient resteront à l’horizon 2050 la région du monde la plus dépendante aux importations céréalières, avec un déficit qui pourrait atteindre 114 millions de tonnes (contre environ 75 Mt actuellement). 

Les 25-26 novembre seront débattus les enjeux liés aux problématiques d’approvisionnement en céréales dans les différents pays méditerranéens mais aussi de coordination face aux crises ou encore d’adaptation face aux changements climatiques. Des experts d’Egypte, Algérie, Turquie, du CIC et de la FAO nous aideront à identifier clairement ces enjeux spécifiques à la Méditerranée et à préciser les actions du réseau MED-Amin pour y répondre.

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *