Egypte : Le contrat de construction d’une unité d'hydrocraquage à la raffinerie d’Assiout a commencé
#Energie #Gaz #Sonatrach #ALGERIE
Denys Bédarride
vendredi 5 février 2021 Dernière mise à jour le Vendredi 5 Février 2021 à 08:45

L’Algérie tient à réaliser son projet de construction d’un nouveau hub gazier dans le bassin de Berkine. Après la construction d’un gazoduc l’année dernière, des efforts sont en cours pour lancer le développement de nouveaux gisements sur des périmètres déjà en production.

La société italienne Eni, le groupe français Total et l’américain Occidental Petroleum, ont récemment conclu un protocole d’accord avec la société publique algérienne des hydrocarbures (Sonatrach). L’accord vise à renforcer leur partenariat relatif au développement des blocs 404 et 208, situés dans le bassin de Berkine, pour les inclure dans le plan visant à faire du bassin de Berkine le nouveau hub gazier du pays.

Le document permettra d’élaborer une feuille de route pour parvenir à la signature d’un contrat qui permettra la poursuite du développement des périmètres.

Le bloc 404 est en exploitation depuis 1998. Avec le bloc 208 et ses principaux champs, Hassi Berkine, Ourhoud, El Merk, également en production, ils doivent, au terme de cet accord accueillir de nouveaux projets de développement.

Pour rappel, en 2019, El Merk a fait l’objet d’un programme de forages de puits de production et d’injection d’eau qui a été un succès. En décembre 2020, le ministre algérien de l’Energie, Abdelmadjid Attar, a rencontré le patron d’Eni, Claudio Descalzi pour faire le point sur les activités de la société dans le pays et échanger sur le développement prévu du bassin de Berkine.

Eni, qui contrôle des parts non opérées de 12,5 % sur les deux blocs, est un partenaire historique de la Sonatrach et est présente dans le pays nord-africain depuis 1981. Total aussi contrôle 12,25 % d’intérêts sur les deux périmètres, qui ont enregistré une production brute combinée de 320 000 barils équivalents pétrole en 2018.

S’étendant sur 102 395 km2, le bassin de Berkine pourrait devenir un hub gazier et pétrolier grâce au développement du gisement BRN, l’un des plus prolifiques en pétrole et gaz associés du pays et sur lequel interviennent la Sonatrach et Eni.

Source Agence Ecofin 

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *