Algérie : La demande mondiale pour la production de dattes et de produits dérivés est trois fois supérieure à la quantitié actuellement offerte 1
#Banque #Exportation #Financement #Importation #Investissement #Recherche #ALGERIE
Noémie Bouisset
mercredi 14 avril 2021 Dernière mise à jour le Mercredi 14 Avril 2021 à 17:37

La production nationale de dattes et de ses produits dérivés compte seulement 10 millions de travailleurs. La filière émergente est très prometteuse tant aux niveaux local qu’international, mais le cadre législatif l’empêche d’évoluer.

Plusieurs obstacles freinent l’essor de la production de dattes et de ses produits dérivés. Les textes de loi sont inadaptés à cette dernière.  La filière émergente fait aussi face à la complexité des procédures bancaires qui servent à obtenir des crédits d’investissement et à la lenteur des traitements de dossiers.

Seuls trois pays possèdent actuellement la technologie qui permet d’extraire l’éthanol des dattes. Bien que les pouvoirs publics aient autorisé la modification de certains textes de loi, le cahier des charges pour la production locale de l’éthanol n’est pas publié. Elle aiderait la réduction de la facture des importations d’alcool et l’amélioration de la qualité des produits désinfectants par example.

L’amélioratioin du cadre législatif pourrait booster la production en adéquation avec la demande

Le Président du Conseil porfessionnel des dattes, Kheireddine El Mouaiz, insiste sur la réctification des textes de loi. La filière a besoin d’investissements nouveaux et de l’accompagnement des opérateurs pour l’acquisition d’équipements requis. Ceci pourrait permettre l’octroi des crédits pour financer les activités de transformations, l’obtention des certificats de conformité ainsi que les formations et le soutien de la recherche scientifique.

De plus, la production pourrait s’orienter davantage vers les produits dérivés, plus demandés. Le directeur général d’une société spécialisée dans les dattes, Mehdi Boukadoura a indiqué auprès de l’agence Algérie Presse Service, qu’un cadre législatif plus adapté permettrait d’augmenter la part des dattes transformées et exploitées en la production d’autres produits dans le cadre de la production nationale totale.

La filière émergente permettrait de créer de la valeur ajoutée et de développer sa commercialisation autant locale qu’internationale

La demande et la production de dattes et de ses produits dérivés sont en hausse depuis ces dernières années. Sur la production nationale, selon le Président du Conseil porfessionnel des dattes, Kheireddine El Mouaiz, 5 % sont des exports et 30 % sont utilisés pour créer des produits dérivés tels que le sucre, l’alcool, les boissons énergisantes ou encore des produits cosmétiques.

Ce domaine aiderait à valoriser le produit et à créer de la valeur ajoutée. Il pourrait aussi réduire la facture des importations de plusieurs produits mais aussi élargir le cercle des travailleurs intervenants dans la filière.

Source : Algérie Presse Service

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *