Egypte : L'exécutif examine la possibilité d’une réforme du processus de distribution à la population du pain subventionné, le pain baladi
#Actualite #Agroalimentaire #Alimentation #Cereales #Economie #Financement #Institutions #Investissement #Politique #EGYPTE
Agence Ecofin
jeudi 10 février 2022 Dernière mise à jour le Jeudi 10 Février 2022 à 13:32

En Egypte, l’Etat s’est engagé depuis 2014, dans une vague de réformes du mécanisme des subventions alimentaires. Parmi les produits de base touchés, figure le pain qui est le principal poste d’allocation budgétaire. 

En Egypte, l’exécutif examine actuellement la possibilité d’une réforme du processus de distribution à la population du pain subventionné (pain baladi). Dans le pays des pharaons, le gouvernement envisage en effet de remplacer le système actuel offrant à chaque bénéficiaire indépendamment de sa situation, un quota de 150 miches de pains par mois à un tarif unitaire de 0,05 livre égyptienne (0,003 $) par un mécanisme de transfert de fonds direct.

Ce dispositif permettra ainsi aux individus de disposer d’un montant mensuel fixe sur leurs cartes électroniques pour effectuer les achats de pain. Avec ce nouveau système qui encadrera désormais la consommation selon les possibilités et les besoins, les autorités entendent réduire la facture des achats de blé dans un contexte de hausse des cours de la céréale sur le marché mondial.  

D’après le gouvernement, la flambée des prix pourrait nécessiter le décaissement d’une enveloppe supplémentaire de 763 millions $ pour mettre en œuvre le programme de subventions du pain en 2021/2022. Ceci alors que le budget initial prévu qui s’élève à 3,2 milliards $ était déjà en hausse d’une année sur l’autre.

Plus globalement, la réforme voulue par l’exécutif entre dans le cadre des mesures qui visent à accroître l’efficacité et réduire le coût de ce système qui profite à plus de 70 millions d’Egyptiens, mais pèse pour environ 60 % des dépenses publiques de soutien à l’accessibilité des produits alimentaires.

Dans la mesure où la hausse des prix du pain compense difficilement le fardeau économique du processus de fabrication (le prix de vente représente moins du dixième du coût de production qui a triplé depuis 30 ans, Ndlr), le gouvernement a multiplié les interventions en amont pour baisser ses charges.  

En 2020, celui-ci s’est attaqué notamment au problème de vol de farines subventionnées dans les boulangeries publiques et a fait passer le poids standard de la miche de pain de 110 grammes à 90 grammes.

Pour rappel, la distribution du pain baladi est en vigueur depuis 1941, ce qui en fait l’un des mécanismes de subvention alimentaire les plus vieux au monde.

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.