L’Egypte va pouvoir réaliser les travaux de conversion des chemins de fer d’Abu Qir en rails électriques grâce à l’appui de la BERD
#Actualite #Banque #BERD #CooperationInternationale #Decideurs #Economie #Financement #Infrastructures #Institutions #Investissement #TransportFerroviaire #UnionEuropeenne #EchangesMediterraneens #EGYPTE #Europe
Agence Ecofin
mercredi 16 mars 2022 Dernière mise à jour le Mercredi 16 Mars 2022 à 14:00

L’Egypte veut intégrer la mobilité verte aux vastes projets de transport qu’elle développe depuis quelques années. Le pays va notamment recourir à des financements pour transformer la ligne ferroviaire d’Alexandrie en métro à grande capacité.

L’Etat égyptien a signé un protocole d’accord avec la Banque européenne pour la reconstruction et le développement (BERD) et la Banque asiatique d’investissement dans les infrastructures (AIIB) pour cofinancer à hauteur de 250 millions EUR les travaux de conversion des chemins de fer d’Abu Qir en rails électriques.

Le ministre égyptien des transports Kamel El-Wazir, a indiqué que l’acte a été signé en prélude à une conférence organisée afin de lancer une nouvelle stratégie de coopération avec la BERD, sur la période 2022-2027.

Ce financement constitue une tranche d’un investissement total de 1,76 milliard EUR, pour lequel se sont aussi engagées la Banque européenne d’investissement (BEI) et l’Agence française de développement (AFD). Le réseau à réhabiliter relie le centre-ville d’Alexandrie à la ville d’Abu Qir (dans le Nord-Est) sur 22 km. Les travaux prévus intègrent également la construction « d’un viaduc surélevé de Toson à AlZahiria avec 13 stations, et 8 stations souterraines d’Abu Qir à Toson, puis de Kafr Abdu à Misr ».

Alexandrie, une ville industrialisée abritant entre autres le plus grand port d’Egypte, subit un niveau élevé de pollution atmosphérique aggravée par les rejets dans la nature de nombreux véhicules qui congestionnent les routes.

Le projet vise à soulager le réseau routier d’une partie de son trafic. Selon la BERD, l’infrastructure « améliorera la qualité des transports publics pour la population d’Alexandrie, et les niveaux d’air et de bruit de la ville. L’électrification de la ligne entraînera un transfert modal du transport routier polluant vers du transport électrique durable. Il contribuera ainsi à des réductions significatives des gaz à effet de serre (GES) et des polluants atmosphériques ».

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.