L’Afrique du Nord devrait devenir le premier importateur de blé au monde
#Agriculture #Ble #Cereales #Exportation #Importation #ALGERIE #MAROC
Denys Bédarride
mardi 9 mars 2021 Dernière mise à jour le Mardi 9 Mars 2021 à 08:32

En Afrique du Nord, le marché du blé est l’un des plus dynamiques du monde. Si dans cette région qui abrite plusieurs gros consommateurs de la céréale, de nouveaux entrants affichent leurs ambitions à l’export, des acteurs historiques comme la France continuent de tirer leur épingle du jeu.  

L’Algérie et le Maroc continuent de tirer vers le haut, les exportations françaises hors Union européenne (UE). Selon les dernières données de Refinitiv, le service de données de Reuters, les deux pays ont absorbé 54 % des expéditions tricolores en dehors du marché communautaire en février dernier (821 000 tonnes).

Dans les détails, l’Algérie reste le plus important débouché pour le blé français hors-UE avec des importations de 309 000 tonnes de céréales. Ce stock représente plus du tiers du volume total sur ladite période et marque le plus important niveau enregistré depuis le début de la saison 2020/2021 en juillet dernier.

Pour sa part, le Maroc a acheté environ 138 000 tonnes de blé en provenance du pays, là encore un pic durant la campagne en cours.

Cette vigueur des expéditions de blé vers les deux pays d’Afrique du Nord, a permis à la France de plus que compenser la baisse de ses envois vers la Chine qui ont dégringolé à 68 000 tonnes.

Si pour les acteurs français, la bonne santé des exportations vers l’Afrique du Nord est une bonne nouvelle, de nombreux exportateurs estiment que le plus gros défi sera de maintenir la dynamique dans les prochains mois dans un contexte de concurrence encore plus rude.    

En effet, selon l’USDA, l’Ukraine pourrait émerger en 2020/2021 comme le premier fournisseur du Maroc avec un meilleur rapport qualité/prix pour son blé par rapport à la céréale française dont la récolte est d’ailleurs attendue en berne.

De même, en Algérie, la Russie pourrait grappiller quelques parts de marché durant la saison avec la révision à la baisse des exigences des autorités sur le taux de grains punaisés, principal facteur limitant pour les négociants de l’ex-URSS.    

En 2020/2021, l’Algérie devrait consommer 11 millions de tonnes de blé alors qu’au Maroc, les prévisions tournent autour de 10 millions de tonnes selon l’USDA.  

Plus globalement, l’institution estime que l’Afrique du Nord émergera durant ladite saison comme le premier pôle d’importation mondial de blé avec 29,4 millions de tonnes de la céréale, surpassant ainsi l’Asie du Sud-Est (27,1 millions de tonnes).

Source Agence Ecofin 

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *